Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants… en “darija”

à‰merveillez vos enfants en darija ! Car il n’y a rien de plus magnétique, de plus puissant que la langue maternelle pour raconter des histoires… Et pour aider un enfant à  se construire. D’après l’ONU, la langue maternelle est, en outre, «l’instrument le plus puissant de la préservation et du développement de notre patrimoine matériel et immatériel»

En quelques mots :

«Hajitek ma jitek …». Les contes pour enfants ont une position indétrônable : ils sont inusables, universels, intemporels, et à haute portée symbolique. Les morales de l’histoire varient de la plus timide injonction de prudence à des messages de tolérance, de respect, de valorisation de l’amitié et des liens familiaux. Les contes marocains ont longtemps été murmurés en arabe par nos aïeuls, avant d’être supplantés par les contes de Grimm et d’Andersen récités en langue de Molière, qui ravissent les enfants et semblent plus faciles à interpréter et à expliquer par les parents. Une tendance qui s’affirme au fur et à mesure que la francophonie gagne du terrain.
C’est dans un souci de valorisation de sa langue maternelle et de remise au goût du jour des traditions orales de contes que Mounir Alami, traducteur et universitaire, fait naître ce recueil de contes internationaux en langue marocaine. Les histoires sont drôles, émouvantes, enrichissantes, comme tous contes pour enfants du monde, mais ici, leur retranscription en darija leur procure une saveur particulière : celle de la nostalgie, de l’amour de sa langue et de la volonté de transmettre une culture et un patrimoine identitaire à ses enfants.

L’auteur :

Dr. Mourad Alami est détenteur d’un doctorat de 3e cycle en traduction et interprétation trilingue (arabe, français, allemand) de la Faculté des langues appliquées de l’Université de Mainz. Auteur de plus d’une centaine d’articles en langue allemande, il a aussi traduit plus de 60 livres scientifiques, juridiques et économiques. Depuis la publication de Contes internationaux en langue marocaine en 2009, il a publié Blagues internationales en marocain (2012).

Ce qu’en pense  «La Vie éco» :

Émerveillez vos enfants en darija ! Car il n’y a rien de plus magnétique, de plus puissant que la langue maternelle pour raconter des histoires… Et pour aider un enfant à se construire. D’après l’ONU, la langue maternelle est, en outre, «l’instrument le plus puissant de la préservation et du développement de notre patrimoine matériel et immatériel»

«Hikayat Aalamiya be allougha elmeghribiya», Mourad Alami, juillet 2009, 200 pages, 50 DH.