Coup d’envoi à Rabat du 2ème Salon des musiques d’Afrique et du Moyen-Orient « Visa For Music »

Le coup d’envoi de la 2ème édition du Salon des musiques d’Afrique et du Moyen-Orient « Visa For Music » a été donné, mercredi soir à Rabat, avec des prestations de quatre artistes qui dessinent les contours d’une Afrique plurielle aux richesses sonores infinies.

Le maitre marocain de la musique arabo-andalouse Said Chraïbi, le chanteur Blick Bassy et sa fusion entre influences traditionnelles camerounaises et acoustique moderne, le groupe colombien Creole aux rythmes afro-caribéens et les Egyptiens Cairokee aux mélodies rocks ont ainsi démarré au Théâtre Mohammed V le programme musical de ce rendez-vous culturel, qui ambitionne de favoriser la constitution d’un marché de la musique en Afrique et au Moyen-Orient.

Placée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, cette manifestation, qui réunit artistes, organismes professionnels, maisons de disque, institutions culturelles et fondations, médias et édition ou encore managers, vise à offrir une visibilité optimale et un environnement propice à la créativité et à la professionnalisation du secteur culturel et artistique. Elle constitue également un moyen de dynamiser les industries culturelles et créatives des régions concernées afin de stimuler leurs économies.

Lors de cette soirée d’ouverture, marquée par la présence du ministre de la Culture, Mohamed Amine Sbihi, de vibrants hommages ont été rendus à quatre formations du Maroc, d’Afrique, du Moyen-Orient et de la diaspora. Il s’agit du chanteur Aziz Sahmaoui qui n’a cessé de valoriser le patrimoine nord-africain avec une forte ouverture sur le jazz et la poésie, des Ivoiriens de Magic System, un groupe engagé dans la reconstruction et l’installation de la paix et de la démocratie en Côte d’Ivoire et de Raïssa Rkia Damsiria, grande diva marocaine qui a marqué ces 40 dernières années de son style, sa voix et sa présence l’évolution de la chanson des Rwayes du Souss.

Figure légendaire de la scène traditionnelle du Moyen-Atlas contemporain, Hadda Ouâkki a également été honorée lors de cette première soirée. Chanteuse au timbre unique et à la carrière exemplaire, elle incarne un féminisme rurale et artistique propre à la culture amazighe au moyen-Atlas, qu’elle ancre jusqu’au bout de sa personne, à travers ses tatouages ancestraux, sans équivoque sur son choix de liberté artistique et humaine.

Cette édition, qui se poursuit jusqu’au 14 novembre courant, sera ponctuée par une série de manifestations, dont des conférences, des formations professionnelles, des projections de documentaires, des rencontres professionnelles et près de quarante showcases pour mettre en lumière de nouveaux talents ou des artistes en essor. Une programmation très riche, dans l’esprit de ce salon qui s’annonce comme un rendez-vous incontournable dans l’agenda des professionnels de la musique.

Côté Maghreb, le salon accueillera la chanteuse marocaine Oum qui viendra présenter son nouvel album « Zarabi ». Le groupe Mazagan et Hamid El Hadri feront découvrir leur « Chaabi Groove ». Les Algériens de Djmawi Africa, le rappeur mauritanien Monza et le musicien tunisien Imed Alibi seront également de la partie.

Les artistes de la nouvelle scène alternative arabe seront aussi présents cette année à travers les rockers palestiniens d’Elcontainer. Le Tarab sera au rendez-vous avec la formation musicale suédoise Tarabband.

Cette année, le salon met à l’honneur les musiques de l’Afrique subsaharienne à travers des artistes tels que le rappeur burkinabè Smockey, le guinéen Moh! Kouyate et la chanteuse jazz ougandaise Jeminah Sanyu and unit 446. Les esthétiques musicales africaines ayant traversé l’Atlantique depuis des siècles seront représentées notamment par la formation électro brésilienne 7 Estrelo.

Dans le cadre de Visa For Music 2015, le Conseil international de la musique (CIM), relevant de l’UNESCO, tiendra son assemblée générale à Rabat. Cet organisme a pour objectif de contribuer à la protection, la diffusion et à la pratique de la musique traditionnelle internationale.

Organisé à l’initiative de l’institution « Anya », en partenariat avec le ministère de la Culture et la fondation « Hiba », Visa For Music s’annonce comme la plateforme interprofessionnelle de la filière musicale pour les pays du Sud et constituera, en outre, pour l’identité musicale marocaine actuelle une vitrine de premier plan.