«Les Marocains doivent cultiver leur regard, le rendre ouvert, citoyen et critique»

à‰tudiante en arts graphiques à  Marrakech, Cawtar El Hazmiri, 20 ans, figure parmi les jeunes graphistes finalistes du concours international Posters for Tomorrow, sur le thème du droit au logement.

– Votre affiche figure parmi les 100 meilleurs «posters» sélectionnés par le concours international «Posters for Tomorrow». Décrivez-la nous.

J’ai choisi d’aborder le problème des SDF au Maroc, de l’exclusion sociale dont ils souffrent, des rêves désespérés de ces hommes et femmes, de leurs besoins vitaux : une ampoule, un robinet, du chauffage, etc. Par le médium de la photographie, j’ai exprimé l’idée qu’un toit, un abri est nécessaire et doit être un droit inaliénable pour chaque être humain.

– Vous étudiez à l’Ecole supérieure des arts visuels (ESAV). Pourquoi avoir choisi les arts graphiques ?

Après un bac filière Arts appliqués, j’ai choisi d’approfondir mes savoirs dans le domaine du design graphique, un métier assez nouveau au Maroc. Pour moi, le graphisme doit façonner l’environnement visuel, entretenir la curiosité du récepteur et faire évoluer le paysage actuel. Un bon graphiste doit sans cesse s’intéresser à de nouveaux supports, démarches, pensées.  

– Votre école vous apprend à maîtriser la technique, mais aussi à porter un regard sur ce qui vous entoure. À quels thèmes employez-vous le graphisme ?

À travers les services qu’il offre, le design graphique est omniprésent dans la vie quotidienne. Il organise notre société ! J’ai toujours été persuadée que les images façonnent la conscience de la société, de l’individu. Mais je constate qu’il y a malheureusement un cruel manque, voire une absence totale de la culture de l’image au Maroc. Il faut cultiver le regard des Marocains, de façon à le rendre ouvert, citoyen et critique, comme le dit si bien le célèbre designer graphiste Vincent Perrottet.

– Qu’est-ce qui vous inspire? Où puisez-vous vos idées ? Des choses du quotidien ? Notre culture ? Vos lectures? Le cinéma ? Internet ?

La vie de tous les jours m’inspire énormément, mais ce qui m’inspire le plus c’est la musique et l’art contemporain. J’aime écouter des morceaux en travaillant, cela me permet de mieux retranscrire mes idées.

– Le graphisme est-il une filière que vous conseilleriez aux bacheliers ? Offre-t-elle des débouchés ?

Oui, bien sûr, je conseille vivement à toute personne intéressée par le domaine des arts de s’investir dans une carrière de graphiste, mais à condition de disposer de moyens financiers considérables car aucune école publique marocaine ne propose, hélas, une telle formation.