Les Marocains et l’après- Covid-19, le résultat d’un brainstorming inédit

Le RNI et le think tank Al Mountada ont lancé une plateforme, «maba3d-corona.com» de réflexion sur l’après Covid19, l’affluence a été remarquable. Plus de 1 400 contributions ont été recueillies, elles portent sur une dizaine de thématiques. A la tête des priorités relevées par les contributeurs, la santé, l’enseignement, l’emploi, mais aussi la solidarité sociale et les questions de la femme et des jeunes.

C’est un exercice inédit auquel vient de se livrer le RNI, en partenariat avec le thilk thank Al Mountada. Alors que certains partis en sont encore aux (basses) manœuvres politico-éclectoralistes, le RNI a pris les devants en lançant une plateforme de consultation publique, maba3d-corona.com. L’objectif étant d’ouvrir la possibilité aux citoyens, qu’ils soient membres du parti ou pas, de partager leur réflexion et même leurs propositions pour gérer cette période d’incertitude liée à l’épidémie Covid-19 et penser le Maroc de demain. La démarche a pour finalité d’inviter chacun à envisager l’avenir à court, moyen et long termes, «en désignant notamment les domaines qui devraient être repensés pour permettre au Royaume de relever les prochains défis». Le résultat a été au niveau des attentes.

la santé d'abord !
la santé d’abord !

En à peine une dizaine de jours, plus de 1 400 contributions, réparties en 11 rubriques, ont été partagées sur cette plateforme par des experts, des artisans, des chefs d’entreprise, des agriculteurs, des salariés, des retraités, des
étudiants… Bref, par des Marocains. Toutes les contributions ont été lues, analysées et compilées dans un document diffusé au public quelques jours plus tard. Cette consultation à portée nationale, sans précédent pour un parti politique marocain, a largement rempli sa mission : ouvrir la discussion politique et engager la réflexion commune sur l’avenir de notre pays. Le succès est d’abord populaire, puisque le site a enregistré plus de 40 000 visiteurs uniques, dont 11 000 par jour, les journées du 14 et du 15 avril, souligne-t-on auprès de ses initiateurs. Ensuite, par la qualité des contributions. Il faut dire qu’en matière de consultation populaire, le parti n’en est pas à sa première expérience. Il faut remonter à 2016, lorsque le RNI, engagé dans une refondation par les bases depuis 2016, a entrepris de donner la parole aux citoyennes et aux citoyens, à travers des séances d’écoute, doublées de plusieurs tournées régionales. Le parti a, en effet, décidé, depuis cette date, d’instaurer la démocratie participative comme démarche «pour assurer non seulement l’encadrement des citoyens, mais aussi les impliquer dans la mise en place des politiques publiques et la sélection des sujets prioritaires formant plaidoyer du parti». Il faut reconnaître que cette démarche d’écoute des citoyens entreprise par le RNI, depuis 2016, « n’a pas toujours été comprise par certains commentateurs, qui y voyaient une campagne électorale avant l’heure». Des commentaires qui étaient, bien entendu, loin d’entamer l’ambition d’aller vers les citoyens.

besoin dun emploi mais un emploi digne
Besoin d’un emploi mais un emploi digne
Nous entraider plus
Nous entraider plus
lenseignement en
L’enseignement en 2020
protection sociale pour les personnes vulnerables
Quelle protection sociale pour les personnes vulnérables ?

Cette dynamique d’ouverture lui a permis de tâter le pouls de la société, d’affiner les priorités des Marocaines et des Marocains, et d’affiner ses choix politiques, en se positionnant comme «le parti de l’écoute par excellence». Cette dynamique s’est poursuivie, et a gagné en importance durant ces trois dernières années. Les tournées en région, la consultation lancée pour la confection de la contribution du parti à la réflexion sur le nouveau modèle de développement et l’élaboration de «la voie de la confiance», font partie de cette dynamique. Plus récemment, le programme «100 villes, 100 jours», lancé en novembre 2019 à Demnate, a permis la consultation de 29 000 habitants de 58 villes moyennes et qui se poursuivra, dès que les mesures sanitaires le permettront de nouveau. Aujourd’hui c’est un exercice différent, mais qui reflète tout autant les attentes des uns et des autres qui n’hésitent d’ailleurs pas à faire montre d’une force de proposition remarquable. Comme ailleurs dans le monde, beaucoup d’intervenants dans le cadre de cette initiative ont évoqué le retour en force de l’Etat et même une certaine forme du protectionnisme économique. Sur le volet social c’est sans doute la refonte du système de santé qui vient en tête des priorités, avec l’enseignement, l’emploi et surtout un filet social plus protecteur notamment des couches les démunies. En clair, il s’agit de replacer l’humain au cœur de la politique. Pour y parvenir, bien des participants souhaitent revoir le modèle économique, en réduisant les disparités territoriales et sociales. En d’autres termes, le Maroc de demain est voulu plus juste. C’est, en conclusion, la condition pour traverser de prochaines crises et permettre le développement durable du pays.

La jeunesse c'est l'avenir... mais quel avenir pour la jeunesse ?
La jeunesse c’est l’avenir… mais quel avenir pour la jeunesse ?

 

la femme marocaine quelles sont ses priorites
La femme marocaine quelles sont ses priorités  ?
L'habitat au lendemain des difficultés engendrées par le confinement
L’habitat au lendemain des difficultés engendrées par le confinement