Helala

La réaction du public du KAC de Kénitra contre son club a fait montre d’une portée hautement civique et citoyenne.

La réaction du public du KAC de Kénitra contre son club a fait montre d’une portée hautement civique et citoyenne. Helala boys, c’est le nom des ultras du KAC, sont en colère contre la mauvaise prestation de leur équipe en ce début de saison. Que font-ils ? Balancent-ils cailloux et autres projectiles sur la pelouse ? Attaquent-ils joueurs et dirigeants à l’arme blanche à la sortie du stade? NON. Le jour du match, les nombreux supporters paient tous leur billet d’entrée et s’installent dans les gradins. Dès que l’arbitre donne le coup d’envoi tout le monde se lève et quitte le stade…sans crier gare… C’est une leçon de civisme que le public de Kénitra vient de nous donner. Bravo ! Un grand exploit dans un univers où le hooliganisme et le tcharmil sont les maîtres-mots. A tel point qu’à l’issue de chaque «classico» on s’attend à une tuerie. La journée aurait été excellente…Hélas, ce fut trop beau pour dominer l’actualité. La même journée, sur l’autoroute à l’entrée de Rabat, le bus qui conduisait l’équipe de l’Ittihad de Tanger (IRT) fut bombardé à coup de pierres. Il pleuvait tellement de projectiles qu’un accompagnateur du club tangérois fut gravement atteint à la tête et sans l’arrivée à temps des forces de l’ordre, Dieu seul sait comment cela aurait pu se terminer. L’IRT jouait à Casablanca contre le RAC local, et on ne comprend pas comment «l’embuscade» a eu lieu 120 km plus loin… On dit que la route des enfers est plus facile à suivre. Dommage !