Bande cyclable

A la question de savoir comment s’est déroulée sa journée, une vieille connaissance de passage à  Casablanca me répondit en toute tranquillité : « J’étais du côté de vos Champs-Elysées pour chercher des cadeaux ».

A la vue des emballages de différentes enseignes de mode, je compris qu’elle a fait un tour au bd Massira Al Khadra. Les Champs, on n’y est pas encore. Mais aucune ironie dans ses propos. Cette dame qui a bourlingué dans le monde au gré des affectations de son époux, un ancien diplomate, n’est pas non plus impressionnée. Elle trouve simplement que le boulevard est beau, large, bien balisé, propre. Il y a cependant un détail qui lui est passé sous le nez. Les deux côtés de la chaussée sont flanqués d’une bande cyclable, à l’instar du bd d’Anfa. Mais demander à un conducteur de deux roues de les emprunter est une chimère. Le voudrait-il, cela lui serait impossible parce que les automobilistes, eux aussi nullement soucieux de l’usage, y stationnent en cas de besoin. Pourtant, ni les autorités locales qui ont suggéré ou accepté ce concept, du reste fort utile, ni les agents chargés de la circulation ne pipent mot. Il est fort à craindre que les couloirs prévus pour les bus subissent le même sort. C’est donc le moment de sensibiliser les usagers à l’utilité de tels aménagements ou, s’il le faut, de sévir. Sans quoi, on risque encore de gaspiller des sommes colossales, juste pour le décor.