Réussir son stage, mode d’emploi

Un stage peut être un tremplin pour un futur recrutement au sein de l’entreprise, il doit donc être abordé avec sérieux.
Pour bien cibler son lieu de stage, mieux vaut se renseigner sur l’entreprise
avant de faire sa demande.
Le tuteur et les collègues peuvent vous aider plus tard dans la recherche
d’un emploi, gardez le contact avec eux.

Stagiaire ? Nous sommes presque tous passés par là avant d’entrer de plain-pied dans la vie active. Très souvent, pour ne pas dire toujours, le stagiaire est pourtant considéré comme un simple employé de base de passage, auquel on confie souvent les tâches ingrates ou sans grande valeur ajoutée, en l’occurrence le café, les photocopies, la saisie et parfois même l’accueil téléphonique, particulièrement dans les petites entreprises. Mais attention ! le stagiaire d’aujourd’hui sera le manager de demain. C’est pourquoi le stage doit avant tout être une expérience enrichissante et non une simple formalité administrative exigée par l’école. Mais si l’étudiant doit en bénéficier, l’entreprise doit aussi en tirer avantage. Car pour cette dernière, c’est également une question de réputation à préserver.

Ponctualité, discipline et discrétion sont indispensables
Au Maroc, l’été (vacances scolaires) est la période la plus prisée pour les stages, alors qu’ailleurs, particulièrement dans les économies les plus avancées, ils se font tout au long de l’année. On retrouve les stagiaires un peu partout : aux guichets de banques, dans les agences de voyages, les commerces, les restaurants. Ils sont là pour un mois, souvent trois, peut-être pour six et, très rarement, ils sont recrutés pour une durée indéterminée. Dans ce dessein, ils doivent avoir fait leurs preuves, techniquement et personnellement, et montrer leurs aptitudes à assumer des responsabilités.
Donc, pour obliger les étudiants à prendre au sérieux leur passage en entreprise, certaines écoles ont fait du stage une unité de formation, qui compte autant qu’une autre matière, et le rapport de stage est souvent obligatoire afin d’évaluer les acquis de l’étudiant.
Dans les écoles privées et même quelques écoles publiques, il existe désormais des responsables chargés des stages, qui assistent et conseillent les étudiants dans leur recherche. Ces personnes s’accordent généralement à dire que le stage commence bien avant l’intégration de l’entreprise, c’est-à-dire à l’école. Pour décrocher un bon stage, il faut donc s’y prendre tôt.
Ghizlane El Malti, responsable de stages chez Efet (Ecole française d’enseignement technique), explique qu’une seule personne ne peut s’occuper de trouver des stages à 800 étudiants. «Par contre, on privilégie nos meilleurs éléments. On les aide, on les met en relation avec des managers». Une recommandation, ça se mérite. «C’est pour cela que l’on conseille à tous nos étudiants d’être sérieux et studieux. On ne peut recommander que les éléments méritants et disciplinés, qui sont ponctuels et respectueux des règles de l’entreprise», ajoute-t-elle.
Les consultants en ressources humaines sont unanimes : un bon stagiaire est celui que l’on remarque, par son enthousiasme, son sens de l’initiative, sa politesse et son sens de l’organisation et… dont on se souvient à l’issue de son séjour.
En somme, il est important de laisser une bonne impression de soi et de son établissement scolaire. Les bonnes relations entretenues avec son encadrant de stage conduisent parfois à de précieuses lettres de recommandation.

Le stagiaire est un jeune avec de l’énergie, des idées, des propositions
Comme on l’a déjà souligné, beaucoup de stagiaires se retrouvent relégués aux tâches de photocopie et de téléphone et condamnés à mourir d’ennui au bureau. C’est le cas de Kenza B., 25 ans, étudiante en architecture, qui avoue qu’elle a décroché son stage dans un cabinet casablancais grâce à une connaissance de son père. «Ils m’ont rendu service, oui, mais ils ne m’ont donné aucune responsabilité. Au bout d’une semaine, je me sentais complètement inutile, mais je ne pouvais pas me plaindre. J’ai tout simplement lâché mon stage».
Pour éviter ce genre de situation, il est utile de se renseigner sur l’entreprise avant même de commencer le stage : son histoire, ses fondateurs, son organigramme. Savoir qui fait quoi est toujours un atout. Généralement, les organigrammes sont publiés sur les sites web des entreprises. Connaître les responsables permet de s’adresser à la bonne personne au besoin.
S’intégrer, c’est d’abord respecter les règles de l’entreprise. Le stagiaire doit ainsi se conformer aux horaires de travail, au code vestimentaire et aux usages. Aux garçons de porter la tenue classique (pantalon chemise), ou même se mettre en cravate. Aux filles d’éviter les tenues provocantes ou le look dénudé.
Le stagiaire doit également bien se comporter dans son environnement de travail avec chaque membre de l’équipe : du directeur au coursier. Enfin, il va de soi que le stagiaire ne doit pas divulguer les informations confidentielles sur l’entreprise où il passe son stage.
Un stagiaire, c’est un jeune avec de l’énergie, des idées, des propositions. Si le tuteur ne donne pas de missions précises, le stagiaire peut en réclamer, parler aux collègues, offrir un coup de main sur tel ou tel dossier, des coups de fil à passer, des communiqués à réécrire. En un mot : éviter d’être le stagiaire transparent.
La relation avec l’encadrant ou le tuteur peut avoir beaucoup d’effets sur le déroulement du stage. Lorsque le stagiaire est enthousiaste et dynamique, l’encadrant peut lui faire suivre de près le processus de fabrication d’un produit, par exemple, ou l’impliquer plus sérieusement dans un des projets de l’entreprise.
En fin de stage survient l’étape du rapport. Souvent négligé, le rapport de stage est pourtant essentiel. Souvent, les recruteurs le considèrent comme une occasion d’évaluer les aptitudes d’observation et de synthèse des candidats. Le stagiaire est donc appelé à noter ses observations tout au long de son stage afin de faciliter l’exercice de rédaction à la fin.
Enfin, il s’agit de terminer le stage en beauté. L’étudiant stagiaire peut demander un entretien avec son encadrant afin d’évaluer le stage et revenir sur ses lacunes et ses chances. Une impression positive auprès de l’encadrant pourra influencer la fiche d’évaluation et peut-être garantir une lettre de recommandation. Le candidat peut garder avec son tuteur des contacts professionnels. Il pourra ainsi recourir à lui plus tard pour une recommandation, ou des conseils. Il peut aussi lui demander de penser à lui en cas de disponibilité de poste à la fin de son cursus.

La rémunération n’est pas obligatoire
Les entreprises ne sont pas obligées de rémunérer leurs stagiaires. Cependant, il y en a qui le font, en particulier les grands groupes et les PME qui ont décidé d’investir dans le capital humain. Il n’y a pas de norme pour la prime. De manière générale, un stagiaire reçoit entre 1 000 et 3 500 DH par mois, parfois beaucoup plus. Ce montant sert en principe à couvrir les frais liés au stage. Mais certains organismes préfèrent assurer le transport ou offrir des tickets-repas. En revanche, dans les offices publics, les stages ne sont généralement pas payés parce que non prévus dans la masse salariale soumise au contrôle du ministère des Finances

Les dix commandements du stage réussi
ð Commencez la recherche du stage très tôt. S’il s’agit d’un stage d’été, commencez dès le mois de décembre à préparer votre dossier. Les entreprises s’y prennent largement à l’avance.
Informez-vous : quelles sont les entreprises qui prennent des stagiaires, à quelles conditions, quelles sont les sociétés qui dédommagent leurs stagiaires ?
Soignez votre dossier : lettre de motivation, CV, relance au téléphone. Soyez combatif et enthousiaste. Un stage digne de ce nom requiert beaucoup d’énergie.
Õ Adressez votre demande à la bonne personne. N’hésitez pas à appeler l’entreprise pour connaître le nom de la personne chargée des stages ou des ressources humaines. Adressez-lui votre courrier et passez un coup de fil après quelques jours pour vous assurer que votre demande a bien été réceptionnée. Ne vous découragez pas si vous ne recevez pas de réponse de certaines entreprises.
Œ Demandez en quoi consistera exactement votre stage. Rencontrez votre responsable de stage, posez des questions sur vos tâches, vos horaires. Parlez à vos collègues. Travaillez selon vos capacités, avec humilité.
œ Montrez que vous êtes aussi professionnel que n’importe quel membre de l’équipe. Respectez les horaires de travail et rendez-vous utile, voire indispensable.
– N’oubliez pas que le stage doit profiter à vous. Essayez d’apprendre au maximum, de vos collègues, de l’entreprise, participez aux projets, assistez aux réunions si vous pouvez.
— Si vous vous ennuyez ou vous ne vous plaisez pas, essayez d’en parler avec courtoisie à votre encadrant. Faites-lui part des dossiers auxquels vous aimeriez contribuer.
“ Apportez votre touche personnelle, vos idées et votre enthousiasme à votre entreprise.
” Gardez le contact avec vos collègues. Constituez un carnet d’adresses professionnelles avec les noms et fonctions de vos ex-collègues et n’hésitez pas à leur écrire, à les informer sur ce que vous devenez si vous obtenez votre diplôme ou si vous soutenez votre thèse .