«L’entreprise doit désormais proposer une expérience collaborateur pour attirer et fidéliser»

Essaid ellal Fondateur du cabinet Diorh

Les employeurs n’ont jamais rencontré autant de difficultés de recrutement. Cela affecte pratiquement tous les secteurs qui sont touchés par la pénurie de candidats. De nombreux employeurs ont du mal à trouver des profils en adéquation avec leur besoin, et dans les grandes entreprises, la pénurie de candidats est d’autant plus forte. Autre remarque, cette difficulté de recrutement n’a rien à voir avec la spécialité ou le métier. La question est de savoir si les candidats répondent à la culture d’entreprise, sont-ils assez motivés pour durer dans l’entreprise ? Je pense que toute entreprise essaie d’être en adéquation culturelle optimale entre ses besoins et les candidats. En outre, les cadres sont de plus en plus exigeants dans le choix d’une opportunité. Une entreprise doit désormais proposer une expérience collaborateur – comme celle offerte à ses clients – pour attirer et fidéliser. Les candidats recherchent sans aucun doute la transparence dans la culture d’entreprise. Autrement, les entreprises sortiront de la course. Sur le marché de l’emploi, la fonction digitale reste très active et a été largement renforcée par la crise. Les cadres disposant d’expertise dans les domaines de la data, de la transformation digitale et de l’intelligence artificielle sont très prisés, d’autant plus que ces compétences restent encore très peu représentées sur le marché. Les profils RH sont de même demandés pour accompagner des changements organisationnels (restructuration, fusion, etc.). La fonction supply chain connaît également un regain d’intérêt dans pratiquement tous les secteurs, car le repositionnement progressif de la fonction Achats à un niveau stratégique au sein des entreprises et organisations est devenu incontournable pour pouvoir réussir les différents. Cette évolution de la fonction a bien évidemment un impact sur le profil des acheteurs. L’acheteur a un profil d’expert et de chef de projet. Enfin, pour les rémunérations, je ne pense pas que les niveaux de salaires ont augmenté, hormis pour les postes stratégiques au sein des organisations. Parfois, les entreprises sont obligées de s’aligner sur des niveaux équivalents en Europe pour attirer les profils de l’étranger ou encore pour les fidéliser.