L’éducation, le nouvel eldorado des start-up

Le marché de l’Edtech est porteur pour les start-up marocaines. MOOC, serious game, applications d’apprentissage, les services proposés par les jeunes pousses sont nombreux.

Depuis quelques années, le secteur de l’Edtech connaît un essor considérable depuis que la crise sanitaire a fait rentrer les produits et services Edtech dans le quotidien de plus de 1,7 milliard de personnes dans le monde. Ce boom a accéléré de 5 à 10 ans l’adoption de nouveaux usages et le déploiement de nouveaux outils. Les analystes prévoient un marché Edtech de 500 milliards de dollars en 2025 contre 375 milliards pré-Covid. Une aubaine pour les entrepreneurs qui veulent se lancer dans ce domaine, y compris au Maroc. Pour Asmaa Fenniri, membre du Board de La French Tech Maroc, «le secteur B2B constitue le segment le plus ouvert aux EdTechs. Les employeurs ont conscience qu’il est impératif d’upskiller leurs collaborateurs aux compétences comportementales et digitales nécessaires pour naviguer dans les métiers d’aujourd’hui».
De même que les raisons des startuppers, profitant de cette vague, sont multiples. Pour Tariq Hanine, cofondateur d’IBDAA Science & Education, l’idée de se lancer dans l’éducation est partie de sa propre expérience. «L’orientation scolaire reste problématique chez beaucoup de Marocains. Notre start-up développe des programmes ludo-éducatifs, 100 % made in Morocco, pour la vulgarisation et l’apprentissage des sciences et de l’entrepreneuriat. Le but est d’aider les collégiens, lycéens et étudiants de faire une immersion dans les métiers et faire plus tard leur choix».
Pour beaucoup, le numérique, c’est tout l’ADN du projet. C’est le cas de Sboost.ma qui traite les questions liées à l’employabilité des jeunes.
L’idée de ce projet est née en 2016 après avoir observé le besoin et le manque d’une plateforme internet privée et efficace, locale et complète, spécialisée dans l’emploi et la formation, à l’usage des différents acteurs de cet écosystème : individus, opérateurs économiques, associations et organismes publiques. L’orientation professionnelle et éducative demeure, aujourd’hui encore, un challenge humain et technologique important. «Les informations qualifiées et actualisées sont rares et dispersées. Ces constats sont au fondement de l’idée du projet qui, dans sa version la plus large, grâce à un volume important de données échangées et collectées autour des différents outils mis en œuvre, veut tirer profit des technologies», souligne Oussama Mojahed, fondateur de Sboost.

Multiplication des structures
MOOC, serious game, applications d’apprentissage, les services proposés par les différentes EdTech sont multiples. Cela va des outils de gestion pour l’éducation et la formation, le développement de compétences liées au digital jusqu’au développement des compétences techniques et professionnelles spécialisées. De même que certaines d’entre elles se sont spécialisées dans l’AI et la data pour proposer des services plus personnalisés d’apprentissage et d’évaluation des acquis, et s’appuient sur la technologie blockchain pour offrir une dématérialisation sécurisée des certificats. «Plus récemment, des EdTech sont en train d’explorer les possibilités de l’AR/VR et le metaverse pour concevoir de nouveaux parcours d’apprentissages immersifs, note Mme Fenniri. Et de poursuivre que «le monde de l’éducation connaît des évolutions, pour autant, ce n’est pas évident de le faire changer». Avec la multiplication des structures, les offres se diversifient.

Un hub technologique
Bien évidemment, la question des qualités requises pour s’imposer dans l’Edtech se pose. A commencer par la souplesse et l’adaptabilité. L’entrepreneur va devoir passer des discussions avec des personnes très techniques dans l’IT et les procédés, mais aussi à avoir des relations très étroites avec les acteurs de la formation, notamment les écoles et universités.
Pour Oussama Mojahed, «un background de scientifique est très important pour pouvoir analyser et traiter les données et le net constitue un océan pour aller chercher l’information nécessaire».
Il faut également connaître et se passionner pour le domaine dans lequel on va développer la solution technologique, ou bien s’associer à quelqu’un ayant une grande expérience. Et dans tous les cas s’y plonger de manière intense. «Le marché IT étant mondial, des plateformes comme Fiverr aident les professionnels du numérique à développer du business. Le Maroc a tout à gagner pour devenir un hub technologique si nous arrivons à gérer des projets internationaux», poursuit Oussama Mojahed.
Par exemple, la vocation de la French Tech Maroc est justement de permettre à l’écosystème d’interagir en vue d’identifier des synergies et des possibilités de collaboration entre ses différents acteurs.

Cinq start-up qui facilitent la vie des étudiants

Kezakoo
Kezakoo est une plateforme de e-learning et soutien scolaire sur Internet. Elle met à disposition des bacheliers option internationale français, des contenus e-learning créés par une équipe composée de professeurs dotés de dizaines d’années d’expérience, ainsi que des créateurs de contenu e-learning avec l’outil digital. Le but est de permettre aux lycéens de gagner en productivité et en temps de préparation, de sorte à libérer plus de temps libre à leur développement personnel et à leur vie sociale.
En parallèle de l’activité de soutien scolaire en ligne, Kezakoo dispose d’une plateforme de contenu éducatif gratuite qui propose des contenus vidéos (plus de 1 500 vidéos) sur tous les programmes scolaires du lycée marocain programme arabophone.
Après 7 ans d’expertise en création de contenu e-elarning académique, Kezakoo propose une nouvelle offre au marché du soutien scolaire marocain : le soutien scolaire en ligne avec une pateforme E-learning complète comprenant des vidéos premium, des quizzs, ainsi qu’un suivi pédagogique régulier.

Doross Online
Doross Online est une plateforme marocaine de soutien scolaire en ligne destinée aux collégiens et lycéens. Lancée en 2017, elle propose un soutien scolaire hybride alliant un parcours en ligne et des cours présentiels dans leur agence de Fès. Tous les contenus pédagogiques sont conçus par des enseignants et sont conformes au programme de l’Éducation nationale. Les élèves y trouvent des vidéos de cours, des exercices d’application, des QCM et des fiches résumés.

IBDAA Science & Education
IBDAA Science & Education développe des maquettes et des programmes ludo-éducatifs, 100 % made in Morocco, pour la vulgarisation et l’apprentissage des STEM (Science, Technology, Engineering, Mathématiques) et de l’entrepreneuriat en faveur des enfants et des adolescents.
La solution est fondée sur le concept du SXD (Student eXperience Design) qui permet de concrétiser une dizaine d’ateliers de vulgarisation des sciences et des technologies, un programme sur l’entrepreneuriat et l’innovation destiné aux enfants et adolescents et trois concepts d’événements pour promouvoir les sciences et l’entrepreneuriat : IBDAA EXPLORIUM, Green STEM Race (GSR) et les Expos scientifiques.

NowEdge
Nowedge s’est inspiré des Business Games de calibre mondial inspirés des grandes universités comme Harvard et MIT pour proposer des formations digitales destinées aux écoles de commerce et d’ingénieurs, mais aussi des entreprises.
À travers une modélisation pointue des dynamiques et de la simulation, elle recrée une mise en situation réaliste. Chaque business game est une expérience différente avec un bagage pédagogique solide construit avec des experts métiers et académiques, notamment dans le domaine du trading, de la gestion de production, de la gestion d’entreprise…

SBOOST
SBOOST.ma est un réseau social professionnel marocain construit autour du thème du renforcement et de la promotion des compétences et des services. Il traite des questions d’employabilité, d’entrepreneuriat, de formation et d’innovation, en se saisissant de besoins tels que le e-learning, l’orientation, le réseautage, l’échange d’expériences, l’emploi, les affaires, l’information qualifiée et accessible, la promotion des candidats, des acteurs économiques et des acteurs de formation.