Le télétravail finira-t-il par s’imposer ?

Bon nombre d’entreprises ont adopté le télétravail par choix. Conditions de travail, engagement des salariés, risques psychologiques…, certains aspects ne sont pas à négliger.

La crise a eu un effet accélérateur dans l’adoption de nouveaux modes de travail (outils digitaux et adaptation du management des équipes). Et le télétravail ne déroge pas à la règle.

Alors que certaines entreprises étaient déjà rodées à cet exercice bien avant le confinement, d’autres en revanche l’ont subi par nécessité.

Aujourd’hui, bon nombre d’entreprises l’ont adopté ou maintenu non pas par obligation mais surtout par choix. Une enquête du spécialiste du e-recrutement Rekrute en début d’année, auprès de plus de
2 700 salariés, a montré que 62% des sondés ont affirmé que leurs entreprises l’ont appliqué, dont 13% ont basculé en télétravail à temps complet, contre 38% qui ont affirmé que leur entreprise fonctionne encore en présentiel.

Aujourd’hui, ce sont principalement les secteurs des centres d’appel, de l’informatique, de la banque, de l’automobile, de la comptabilité et du BTP qui l’ont adopté. Cependant, c’est loin d’être une initiative unilatérale. En effet, 72% des télétravailleurs ont admis avoir opté pour ce mode de fonctionnement volontairement, marquant ainsi le début d’une révolution non volontaire.

À distance plus qu’à n’importe quel moment, les salariés ont besoin d’être cadrés

Toutefois, cette évolution n’est pas sans poser à terme de multiples questions : Conditions de travail, engagement des salariés, risques psychologiques…

À distance plus qu’à n’importe quel moment, les collaborateurs ont besoin d’avoir un cap. Faire le point sur l’activité, les nouvelles opportunités d’affaires, l’évolution du chiffre d’affaires…, la transparence peut souvent dans des cas contribuer au maintien de l’engagement des effectifs.

Avec le télétravail, l’employeur perd en partie la maîtrise et le contrôle de la productivité du salarié et doit néanmoins s’assurer de ses bonnes conditions de travail et de sa bonne santé mentale (burn-out, isolement…). À l’employeur d’anticiper et de prendre des mesures de prévention propices au maintien du lien entre équipes. Cela implique d’affiner sa communication, son style managérial, de mettre en place des instances sociales récurrentes…