Digital learning, la demande est toujours manifeste

• Blended, vidéos interactives, immersive learning ou encore le phygital leaerning, la formation digitale ne cesse de se renouveler en matière de nouveaux usages.
• Les formations de développement personnel ou de soft skills restent les plus prisées par les entreprises.

Avec la crise sanitaire, un véritable mouvement du digital learning s’est installé depuis l’année dernière. Les entreprises s’activent à déployer des offres de formation en ligne pour leurs collaborateurs en télétravail.
Management à distance, nouvel environnement numérique et développement d’outils collaboratifs… De toute évidence, le e-learning et la formation distancielle ont su répondre aux besoins d’agilité et de réactivité des acteurs de la formation.
Bien évidemment, le blended learning est aujourd’hui la tendance privilégiée par bon nombre d’entreprises. «Si la formation présentielle reste à ce jour majoritaire, les contraintes liées à la crise sanitaire profitent au distanciel, en pleine explosion. Et cette tendance est bien partie pour durer», note Mohamed Tazi, DG de LMS Formation. Très impactés par la crise, les organismes de formation prévoient également de modifier leur modèle économique en ce sens.
Ghita Benboujida, directrice de l’innovation et du digital au sein de LMS Formation, souligne à ce titre que «les formations digitales représentent plus de 30% au sein du cabinet. Une tendance qui se confirme de plus en plus. Aujourd’hui, nous disposons d’un catalogue de plus de 8 000 contenus de formations de plus de 30 éditeurs internationaux». La demande s’est également accentuée depuis quelques mois, puisque certaines formations restent prioritaires pour les entreprises. Aujourd’hui, l’expression d’un besoin d’accompagnement et de tutorat à distance de leurs bénéficiaires est de plus en plus manifeste. Et c’est une grande évolution du e-learning qui explique la réussite des grands projets lancés dans le domaine du e-learning. D’un autre côté, la formation digitale ne cesse de se renouveler en matière de nouveaux usages ces dernières années, que ce soit des vidéos interactives, l’immersive learning ou encore le blended qui fonctionne très bien actuellement. Le phygital learning est également une nouvelle tendance qui se développe. Contrairement au blended, le phygital learning (contraction entre physique et digital), est une combinaison de l’utilisation d’éléments digitaux dans un environnement physique.
La formation alterne les séquences de formation en mode présentiel classique et différentes activités pédagogiques au format digital (mise en situation, serious game, réalité augmentée…). Mais pas que. «Storytelling, story learning…, les entreprises sont également avides de nouveaux concepts», poursuit Mme Benboujida.

Ne pas se contenter de contenus animés
Face à ces catalogues bien fournis des prestataires de formations, les entreprises n’ont que l’embarras du choix. En première ligne, les formations de développement personnel ou de soft skills sont bien évidemment les plus plébiscitées ou encore les formations métiers. «Il existe une pléthore de thématiques qui nécessitent bien sûr une pédagogie digitale. Aujourd’hui, nous proposons par exemple des modules spécifiques sur la complaign pour les banques», note Oussama Esmili, DG d’ideo Factory, cabinet spécialisé dans le e-learning.
Management et accompagnement du changement à distance, vente et négociation, le management de projet à distance, code du travail et CNSS… figurent également parmi les thèmes les plus retenus actuellement. Grâce à ses capacités d’adaptation, sa réelle adéquation aux problématiques métiers et, dans certains cas, à l’obtention d’une certification validant les compétences, la formation en ligne se veut particulièrement engageante. Ceci est encore plus vrai quand la formation e-learning s’accompagne d’un tutorat.
«Le digital est un véritable océan et réduire une formation digitale à la seule ressource pédagogique qu’est une capsule animée, on peut passer à côté de l’essentiel, car l’essentiel est de donner envie aux apprenants de venir sur une plateforme, d’appartenir à une communauté de partage pour mieux développer leurs compétences», explique Mme Benboujida. Car ce qui est demandé in fine c’est un accompagnement à l’acculturation digitale par la formation mais aussi par le mentoring individuel et le coaching digital. De nouvelles attentes qui témoignent de la transformation en cours.