AUTOMOBILE : Le marché maintient une forte croissance

Avec une hausse de 14,5% à fin avril, les ventes confirment leur tendance haussière entamée il y a deux ans. Celle-ci devrait se poursuivre à moyen terme au vu des fondamentaux du marché.

Les affaires des concessionnaires automobile se portent bien. Au terme des quatre premiers mois de l’année, les ventes se sont établies à 50 961 unités, enregistrant une progression de 14,5% par rapport à la même période de 2016, selon les derniers chiffres de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM). Cette croissance vient confirmer les pronostics des professionnels qui soutenaient que l’embellie, observée sur le marché automobile depuis deux ans, a tous les ingrédients pour se maintenir sur les années à venir. En gros, ces ingrédients sont un rapport prix / équipement qui ne cesse de s’améliorer, des offres promotionnelles très avantageueses disponibles tout au long de l’année, des taux de crédit orientés à la baisse depuis des mois, et des lancements de plus en plus fréquents qui servent tous les goûts. Le tout soutenu par un taux de motorisation encore faible en comparaison aux économies similaires (6 à 7 pour mille contre 15 à 20 pour mille). De plus, quelques professionnels estiment que l’expérience a démontré qu’à partir d’un PIB donné par habitant, la croissance du marché automobile devient durable. Le marché marocain semble s’approcher de ce niveau de PIB qui assure un réel développement de l’équipement en  automobile. A cela s’ajoute le fait que le besoin de renouvellement se fait sentir actuellement. Etant donné que le marché a réalisé de belles prouesses il y a cinq ans, plusieurs propriétaires vont devoir troquer leurs anciens véhicules contre du neuf dans les deux voire trois prochaines années. «La demande est constituée de primo-accédants mais également de clients qui veulent renouveler leur véhicule» explique un directeur commercial d’une grande concession de la place. Ceci est d’autant plus visible dans le marché de l’occasion qui amorce un vrai retour au dynamisme d’il y a quelques années. Selon plusieurs intermédiaires et responsables de sites de ventes d’occasion, les transactions de seconde main sont en hausse notamment sur les voitures dont le prix va de 80 000 à 120 000 DH.

Dans ce contexte, les professionnels estiment que le record de 2016 sera dépassé avec un volume additionnel de 8 000 à 16 000 unités. Une tendance majeure devra aider considérablement dans ce sens : la voiture n’est plus perçue comme un investissement mais comme un moyen de transport. D’où une facilité à concrétiser les transactions et aboutir à plus de ventes. D’autre part, le renouvellement du parc des grands et petits taxis apportera sa contribution à la croissance du marché, étant donné que le potentiel est encore considérable. Sur la croissance prévisionnelle, les spécialistes estiment que les taxis pourront faire 20 à 25% de volume.

Force est de constater que dans le luxe, segment qui, selon la définition de l’Aivam, reprend les ventes de Mercedes, Audi, BMW, Jaguar, et Land Rover, la performance est plus soulignée que celle du marché dans sa globalité. Les nouvelles immatriculations sur ce segment ont, en effet, augmenté de 17% par rapport aux quatres premiers mois de 2016.

S’agissant du compartiment VUL, les ventes continuent leur correction amorcée depuis le début de l’année. A fin avril, les nouvelles immatriculations sur ce compartiment ont totalisé 4 226 unités contre 3 393 à avril 2016, en hausse de 24,5%. C’est le VAN qui porte l’activité grâce à 1 817 unités (43%), suivi du Pick-up avec 1 462 unités (34,5%) et du Minibus qui en compte 900, soit 21% des ventes VUL. Toutefois, les professionnels de ce segment gardent les pieds sur terre et estiment qu’à la différence de la dynamique de fond observée sur le segment des VP, les transactions dans l’utilitaire continuent de dépendre d’opérations ponctuelles d’un nombre de clients entreprises très réduit et ne correspondent pas à une tendance haussière générale de la demande. Cela dit, ils restent optimistes compte tenu de la bonne campagne agricole, sachant que la clientèle des agriculteurs pèse lourd dans l’activité de l’utilitaire.

Au registre des perspectives, les professionnels s’attendent à ce que le marché maintienne sa croissance sur les années à venir. Une étude de BMI Research (groupe Fitch) parle d’une croissance des ventes de plus de 47% sur les cinq années à venir. De quoi arriver à un marché de 260 000 unités en 2021 !