SUIVEZ-NOUS

Au Royaume

Exposition : L’Amazigh à Dakhla

Une exposition à Dakhla célébrant le nouvel an 2974, décrété jour férié national au Maroc, met en lumière l’importance de l’Amazigh dans l’identité culturelle du pays.

Publié le

“L’Amazigh, une composante essentielle de l’identité marocaine” est le thème d’une exposition de photographies qui se tient à Dakhla du 14 au 18 janvier courant, à l’initiative de la direction régionale de la Communication à Dakhla-Oued Eddahab. Montée en coordination avec la direction régionale de l’Artisanat à Dakhla-Oued Eddahab, cette exposition s’inscrit dans le cadre des célébrations du nouvel an amazigh 2974 qui correspond au 14 janvier 2024, que SM le Roi Mohammed VI a bien voulu décréter jour férié national officiel payé.

Dans une déclaration à la MAP, le directeur régional de la Communication, Lebat Adkhil, a indiqué que cette exposition qui comprend 28 oeuvres documentant les étapes les plus marquantes du processus de promotion de la culture amazighe au Maroc en tant que composante culturelle et patrimoniale de l’histoire multiculturelle du Royaume, s’inscrit dans le cadre de la contribution du département de la Communication aux célébrations du nouvel an amazigh.

Il a tenu à préciser que ces œuvres sont réparties sur quatre thèmes : “Le processus de consécration de la culture amazighe”, “L’Amazigh dans la Constitution et les lois marocaines”, “L’Amazigh dans les médias publics” et l'”Histoire de la presse amazighe”.

De son côté, le directeur régional de l’Artisanat, Hachem Marzouk a relevé que cette exposition vise à mettre en lumière la culture amazighe et à souligner l’importance de la préserver en tant que composante essentielle de l’identité marocaine authentique, riche par la diversité de ses affluents.

Cette exposition offre aux visiteurs du complexe d’Artisanat de Dakhla, qui abrite cette manifestation, l’occasion d’être au fait des étapes les plus saillantes du processus de promotion de la culture amazighe au Maroc, depuis le discours historique de SM le Roi Mohammed VI à Ajdir, a-t-il ajouté.