Le réseau bancaire diminue, la rentabilité du secteur aussi

Au sortir de la crise sanitaire, les banques enregistrent une détérioration globale de leur rentabilité. Dans le même temps, le réseau des guichets continue de s’amenuiser.

Moins de chiffres d’affaires et moins de bénéfices : les indicateurs des résultats des établissements bancaires au Maroc sont globalement en repli au terme du premier semestre 2022, d’après le tableau de bord du système bancaire publié tout récemment par Bank Al-Maghrib (BAM). Dans un contexte économique difficile, le produit net bancaire cumulé du secteur a reculé de 0,6% sur un an, pour s’établir à 27 milliards de dirhams. En parallèle, le résultat net cumulé se chiffre à 8,2 milliards de dirhams, en repli de 7,5% par rapport au premier semestre 2021, malgré une bonne tenue des résultats d’intermédiation et un repli du coût du risque. Il faut dire que la hausse des taux d’intérêt a impacté les résultats des activités de marché, induisant une baisse des bénéfices.
Le secteur bancaire reste malgré tout solide avec des ratios moyens de solvabilité et de fonds propres de catégorie 1, se situant à 15,3% et 11,8% respectivement pour des minima réglementaires de 12% et 9%, comme l’a récemment souligné le Comité de coordination et de surveillance des risques systémiques. Au niveau des actifs du secteur, le tableau de bord de BAM fait état d’une hausse de 5,8% sur un an du total bilan des banques, qui dépasse 1,63 milliard de dirhams. Plus de 62% de ces actifs sont détenus par les trois plus grandes banques du pays. Les dépôts de la clientèle sont également en hausse de 4,6% sur un an, totalisant 1,08 milliard de dirhams. Plus de 68% de ces dépôts sont des comptes à vue créditeurs, non rémunérés. Pour ce qui est des créances en souffrance, elles sont toujours à un niveau relativement élevé, puisqu’elles totalisent un encours de 87,2 milliards de dirhams à fin juin 2022, en hausse de 5% sur un an. Elles restent toutefois bien couvertes par les provisions constituées par les banques, à hauteur de 67%.

Moins de guichets bancaires
Le document de BAM confirme par ailleurs la poursuite de la diminution du réseau bancaire : le nombre de guichets au Maroc (à ne pas confondre avec les guichets automatiques bancaires) s’est établi à 5.808 à fin juin 2022, contre 5.880 à fin décembre 2021 (et 6.020 à fin décembre 2020). Le nombre d’habitants par guichet, qui mesure la densité du réseau, ressort par conséquent à 6.283, contre 6.176 six mois auparavant.
La baisse du nombre d’agences est une tendance de fond, entamée il y a plusieurs années maintenant, et qui s’est accentuée depuis la survenance de la pandémie en 2020, pour des raisons de rationalisation et de rentabilité du réseau. Cette reconfiguration s’accompagne en parallèle d’un accroissement des services bancaires offerts à la clientèle sur les canaux digitaux.