SUIVEZ-NOUS

Affaires

La location saisonnière entre l’engouement et la hausse des prix

Une forte demande est exprimée pour août. Toutes les destinations sont plébiscitées. Dans certaines villes, le manque de disponibilité se fait sentir.

Publié le


Mis à jour le

La saison estivale de cette année est condensée entre fin juillet et août, en raison principalement de la décision de maintenir les cours et de l’organisation des examens de fin d’année jusqu’à juillet. Un engouement est alors constaté sur le mois d’août en cet été, et ce sur toutes les destinations locales. D’ailleurs, ils sont plusieurs à programmer leurs vacances dans les villes touristiques du pays, plutôt qu’à l’étranger, vu la complexité d’obtention des visas constatée cette année. D’autant que les MRE brillent par leur retour au Maroc pour passer l’Aïd au sein des leurs et pour profiter des vacances au Maroc.

Toutes les destinations, notamment balnéaires, sont plébiscitées actuellement et l’intérêt est manifesté autant pour un séjour dans un hôtel que pour la location de tout type de biens: Complexes résidentiels, appartements ou studios en immeubles, villas, riads… Ce qui impacte forcément les prix qui ont connu une certaine hausse. Un agent immobilier explique que les propriétaires de biens immobiliers ont augmenté leurs prix, vu la forte demande sur les logements, et compte tenu également du manque à gagner enregistré ces deux dernières années à cause de la pandémie.

Dans le Sud, à Agadir et environs, la ville affiche un taux de remplissage élevé dans presque tous les hôtels pour le mois d’août. Et il faut dire que les responsables de la ville ne ménagent aucun effort pour achever les travaux qui entourent la ville, que ce soit en terme d’ouverture des doubles voies, que de fluidification de la circulation, de multiplication de parkings et la mise en place du téléphérique…, des critères que des estivants prennent en compte dans le choix de telle ou telle destination. En tout cas, les biens mis à la location sont également plus élevés que ceux de l’année dernière, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la ville. Au centre-ville, un intermédiaire nous a confié : «Les prix des appartements de 2 pièces qui étaient à 600 DH, l’année dernière, sont proposés à 800 DH en cette année et ce, sans vue, sans terrasse, ni piscine». Si les besoins augmentent, les prix suivent, naturellement. A la marina, les appartements sont proposés à 1 300 DH/ nuitée et peuvent aller jusqu’à 2 500 DH. Pareil pour les régions dont Imi Ouaddar, Taghazout, Imourrane ou autres, où les prix grimpent à 1 500DH et plus, sachant qu’en dehors de cette période, ils peuvent être loués à moins de 1 000 DH. Et même avec ces prix, la disponibilité n’est pas garantie. Le manque de disponibilité se fait sentir également au Nord, surtout dans les stations balnéaires. Si à Martil les biens louables sont proposés à 500 DH/nuitée au bas mot, ils peuvent pointer jusqu’à 1 300 DH. A Marina Smir ou à Cabo Negro, les prix y sont plus élevés. Ils s’envolent à 1 500 ou même 1 800 DH actuellement, pour atteindre les 2 000 DH en août. Les villas, elles, sont louées, selon les équipements et leur emplacement, entre 2 500 et 10 000 DH la nuitée.

Si certaines villes n’étaient pas aussi séduisantes il y a quelques années, comme Assilah, Oualidia, El Jadida… elles le sont devenues, non que la composante touristique s’y est fortement développée, mais plutôt par envie d’échapper au vacarme saisonnier des grandes villes balnéaires. A Assilah, les prix y sont encore abordables et stables par rapport à l’année précédente. Des appartements de 2 chambres et salon à partir de 600 DH et peuvent pointer à 1 500 DH dans des résidences sécurisées avec piscine et espaces verts, notamment à la marina golf. Pareil pour El Jadida ou El Oualidia où les prix des biens proposés à la location peuvent culminer à 1 200 DH pour ceux donnant sur la plage ou en résidence avec piscine. La région de l’Oriental trouve preneur également. Année après l’autre, un rush se remarque sur des destinations comme Al Hoceima et Saïdia qui affichent le plein pendant cette saison. Un hôtel à Saïdia affiche un taux d’occupation de 100%, et ce jusqu’à la 2e semaine du mois de septembre. A Al Hoceima, les appartements encore disponibles peuvent paraître inintéressants, parce que loin de la plage, ou n’offrant pas de vue ou encore manquant d’équipements nécessaires. Pourtant, les prix suivent la tendance des villes du Nord. Il faut ainsi compter entre 700 DH et 1 500 DH pour les appartements.

Par ailleurs, on constate que, quelle que soit la destination, les propriétaires exigent une durée de séjour ou adaptent leurs prix selon la période. Si par exemple un bien est proposé à 800 DH/nuitée c’est que la location est d’une durée d’une semaine. Au cas où le locataire n’a besoin que d’une courte durée, il devra débourser 100 DH de plus pour chaque nuitée. D’autant que les prix affichés sur la majorité des sites spécialisés en intermédiation immobilière changent en août à la hausse. Les propriétaires, une fois contactés, indiquent que pour le prochain mois les prix sont majorés d’une fourchette allant de 100 à 300 DH.