SUIVEZ-NOUS

Carrière

Licencier un collaborateur : Questions à  Essaid Bellal, DG du cabinet Diorh

«Les managers oublient souvent qu’il existe une hiérarchie des sanctions à  respecter avant de passer au licenciement»

Publié le


Mis à jour le

Essaid Bellal 2015 05 20

La Vie éco : Généralement, comment le licenciement est-il appréhendé dans les entreprises ?

Le licenciement est un acte difficile pour beaucoup de managers pour la simple raison qu’ils craignent d’arriver aux procès, bien qu’il y ait aussi des raisons sociales. Le licenciement est en effet souvent vécu comme un drame pour la personne, vu qu’elle sera privée d’une stabilité et d’un revenu. Il y a aussi le fait de se séparer d’un individu qui a de l’ancienneté dans l’entreprise.

Un manager qui n’arrive pas à faire la part des choses ou qui n’a pas le pouvoir de se confronter à son salarié, finira par subir les mauvaises conséquences plus tard. Ne serait-ce, dans un premier temps, que pour mener un entretien clair et faire du recadrage.

Qu’en est-il par exemple pour des cas de mauvais résultats ?

Les motifs généralement invoqués pour un licenciement pour insuffisance professionnelle sont multiples : incompétence, erreurs, échecs, inaptitude professionnelle, refus de mise à niveau professionnelle…

Le licenciement intervient lorsque le salarié ne remplit pas les tâches pour lesquelles il a été employé, en raison de son inaptitude.

Pour que le licenciement soit licite, il faut qu’il repose sur des faits objectivement précis et vérifiables. Pour cela, je pense que le manager doit être en mesure d’avoir des indicateurs ou des tableaux de bord pour faire une évaluation objective sur les résultats de son employé.  Dans le cas où il peut le prouver, il peut dès lors justifier son acte de se séparer de lui.

Quand la mésentente peut-elle constituer un motif de licenciement ?

On considère qu’il y a mésentente entre un employeur et son employé lorsque les désaccords deviennent récurrents, les divergences d’opinions systématiques et, parfois, accompagnées d’une violence verbale.

Légalement, la mésentente ne peut constituer un motif de licenciement, sauf si finalement la relation nuit au fonctionnement de l’entreprise.

C’est pourquoi certains managers ne doivent pas hésiter à se former sur des techniques de gestion d’équipe, de communication ou même sur la législation de travail.

Les managers oublient souvent qu’il existe une hiérarchie des sanctions à respecter avant de passer au licenciement.