Un premier service d’hématologie et d’oncologie adulte au Maroc

Le service d’hématologie et d’oncologie adulte pour le traitement des cancers du sang de l’hôpital « 20 Août » à  Casablanca est le premier du genre au Maroc.

Le service d’hématologie et d’oncologie adulte pour le traitement des cancers du sang de l’hôpital « 20 Août » au Centre hospitalier Universitaire (CHU) Ibn Rochd de Casablanca, inauguré mardi par SAR la Princesse Lalla Salma, présidente de la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers, est le premier du genre dans le Royaume, a souligné le ministre de la santé M. El Houssaine Louardi.

Ce service a été réalisé, dans le cadre de la mise en oeuvre du plan national de prévention et du contrôle du cancer entre le ministère et la Fondation, sur 860 mètres carrés avec une enveloppe budgétaire de 10 millions de dirhams financée par la Fondation Lalla Salma-Prévention et traitement des cancers, le ministère et la région du Grand Casablanca, a-t-il indiqué.

Il concerne la prise en charge des malades atteints de cancer de sang particulièrement de leucémies Aiguës Myéloïdes (LAM) qui touchent les adultes, a-t-il ajouté.

« De plus en plus de Marocains souffrent de ce type de pathologie mais malheureusement nous ne disposons pas de moyens pour les prendre en charge », a fait savoir le ministre, annonçant que deux grands hôpitaux spécialisés devront être construits à Marrakech et à Fès pour le traitement de cette pathologie.

En raison de sa spécificité, la prise en charge des LAM doit se faire dans des unités d’hématologie spécialisées disposant de compétences d’hématologistes cliniciens et d’infirmiers qualifiés. Le traitement de ces patients doit se faire dans des structures dédiées avec des chambres « propres » et bénéficiant d’un plateau technique de biologie spécialisé en hématologie, en microbiologie et en mycologie.

Cette unité pourra accueillir jusqu’à 400 nouveaux cas par an en améliorant les résultats thérapeutiques afin de réduire la mortalité précoce liée aux infections et atteindre les taux de rémissions obtenus dans les pays occidentaux, qui peuvent aller de 70 à 90%.