Travailleurs à domicile : une loi très controversée

Levée de boucliers de l’opposition et de la société civile.

Le projet de loi relatif aux travailleurs à domicile a été adopté en commission, mardi 10 mai, à la première Chambre. Cela fait un peu plus d’un an que ce texte de 27 articles a été remis à la chambre pour examen après son adoption par la Chambre des conseillers, et près de deux ans qu’il a été soumis par le gouvernement au Parlement. Mais là n’est pas la question. L’opposition, tout comme un large pan de la société civile, ont déclenché une levée de boucliers contre le texte. Et pour cause, il permet l’emploi des enfants dès l’âge de 16 ans. Et naturellement, le PPS est sévèrement pris à partie. Et ce, non seulement parce que le ministre qui a proposé et soutenu le projet de loi est membre du parti, mais également parce qu’un parti progressiste ne saurait permettre le travail d’un enfant à l’âge où il devrait encore être à l’école. Le premier intéressé, le ministre de l’emploi et des affaires sociales, assure que le texte est conforme à tous les traités et conventions internationaux relatifs aux droits des enfants. Au sein du parti, on avance qu’un texte, malgré tout ce qu’on peut lui reprocher, vaut mieux que rien. Et que pour la première fois, cette catégorie de travailleurs dispose enfin d’un cadre légal. Ce qui est déjà une énorme avancée. Quant à la question de l’âge, il reste encore la séance plénière et la possibilité de saisir le Conseil constitutionnel pour tenter de l’amender.