Terrorisme: Ansar Ashariaa projettait une vague d’assassinats en Tunisie

Le groupe jihadiste Ansar Ashariaa préparait l’assassinat d’une vingtaine de personnalités politiques et médiatiques, dont le président de la Constituante, Mustapha Ben Jaafar, a affirmé mercredi le ministère tunisien de l’Intérieur.

Etaient visés également, Ameur Larayedh, un responsable du parti islamiste Ennahda et frère du Premier ministre, les opposants Taïeb Baccouche et Maya Jribi ainsi que les journalistes Sofiane Ben Farhat et Naoufel Ouertani, selon une liste publiée lors d’une conférence de presse du ministre Lotfi Ben Jeddou.

Des suspects arrêtés « ont confirmé l’existence d’une aile secrète (d’Ansar Ashariaa) pour la préparation d’assassinats et d’actes terroristes », a expliqué M. Ben Jeddou qui a fait savoir que la police a pu déjouer cinq assassinats sur le point d’être commis, dont celui de Kamel Morjane, un ex-chef de la diplomatie du président déchu Zine El Abidine Ben Ali. 

Le directeur général de la sûreté publique, Mustapha Ben Amor, a quant à lui indiqué qu' »Ansar Ashariaa prévoit d’exploiter l’instabilité dans le pays et d’attaquer des cibles sécuritaires et militaires ». 

Des aveux filmés d’un homme présenté comme l’un des chefs de l’aile militaire d’Ansar Ashariaa, Mohamed Akari, récemment arrêté, ont été diffusés lors de la conférence de presse.

Le Premier ministre Ali Larayedh avait annoncé mardi qu’Ansar Ashariaa, un groupe jihadiste naguère toléré, était désormais considéré comme terroriste et lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique.

Selon la police, cette organisation est responsable des assassinats de l’opposant de gauche Chokri Belaïd en février et du député Mohamed Brahmi en août.