Sécurité : la Police poursuit sa mutation

Des unités, brigades et services d’intervention rapide ont été créés partout dans le pays.

La DGSN poursuit discrètement, mais fermement, sa mutation. La police est en effet de plus en plus visible et son action plus efficace. Le projet de modernisation des infrastructures policières et d’application des principes de bonne gouvernance en matière de gestion administrative et financière, est bien avancé. Cette année, il a été procédé, et dans une première étape, à la création d’Unités mobiles de la police de secours à Rabat, Marrakech et Salé, dans l’attente d’être généralisées à moyen terme. En même temps et en soutien aux brigades décentralisées de la police judiciaire, sept Brigades régionales d’intervention (BRI) ont été créées avec pour mission d’intervenir dans les grandes affaires criminelles, et deux Groupes de recherches et d’intervention (GRI) ont été lancés à Fès et à Salé afin de renforcer les opérations de terrain de lutte contre le crime.

Il a été procédé également à la création de quatre Brigades régionales de la police judiciaire (BRJP) en charge des enquêtes et investigations dans les crimes économiques et financiers et de 19 cellules régionales d’analyses et de statistiques au sein des différents QG sécuritaires, afin d’analyser les nouvelles tendances criminelles aux plans qualitatif et quantitatif. De même, les Brigades des mineurs et les cellules d’accueil des femmes ont subi une mise à niveau afin d’assurer la protection et l’efficacité requises dans le traitement des affaires en relation avec ces catégories sociales. Enfin, 16 groupes de préservation de la sécurité et de l’ordre ont été créés, dont 10 compagnies mobiles de sécurité, 5 compagnies de lutte anti-émeutes et une compagnie d’intervention rapide à Rabat. Ceci en plus de deux groupes préfectoraux de protection des services étrangers à Rabat et à Casablanca.