Sahara : le Maroc recadre Ban Ki-Moon

Le Maroc relève avec «une grande stupéfaction les dérapages verbaux, les faits accomplis et les gestes de complaisance injustifiés de Ban Ki-Moon, Secrétaire général des Nations Unies, durant sa récente visite dans la région», indique un communiqué du ministère des affaires étrangères.

En effet, lors de sa visite dans la région, le Secrétaire général a utilisé le terme «occupation» pour qualifier le recouvrement par le Maroc de son intégrité territoriale, «ce qui déroge de façon drastique avec la terminologie traditionnellement utilisée par les Nations Unies s’agissant du Sahara marocain». De plus, «l’usage d’une telle terminologie est sans fondement politique ou juridique et constitue une insulte pour le gouvernement et le peuple marocain», constate le communiqué. «Ce type de dérapage sémantique porte dangereusement atteinte à la crédibilité du Secrétariat général des Nations Unies. Il faut espérer dans l’intérêt du processus de facilitation onusien qu’il ne s’agisse là que d’un lapsus», conclut-il. La bourde du responsable onusien intervient à quelques semaines de la tenue, en avril prochain, par le Conseil de sécurité de la réunion annuelle consacrée à la question du Sahara.

Il coïncide, en même temps, avec les péripéties d’un controversé arrêt du Tribunal européen sur l’accord agricole Maroc-UE au moment où le Royaume sort d’une embrouille diplomatique avec la Suède. Des coïncidences qui dénotent d’une volonté d’instrumentalisation politique avérée des institutions étatiques et internationales.