Restauration collective : l’activité va doubler grâce au marché des prisons

L’expérience pilote sera généralisée aux 75 établissements pénitenciaires du Royaume.

La restauration collective est promise à un bel avenir. Selon des sources bien informées, l’expérience pilote d’externalisation de la restauration dans les prisons, menée actuellement dans quelques sites, notamment celui de Salé, sera bientôt généralisée à l’ensemble des établissements pénitentiaires du Royaume dont le nombre avoisine 75. En effet, depuis quelques mois, les négociations vont bon train entre deux opérateurs du secteur -ceux qui gèrent les sites pilotes- et la direction générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion pour assurer la restauration dans plusieurs autres prisons. Le site de Oukacha figure en tête des sites dont la restauration sera externalisée, et ce, à partir de janvier 2016. D’après les estimations des professionnels, ces nouveaux marchés devront permettre le doublement du chiffre d’affaires du secteur, estimé aujourd’hui entre 600 et 700 MDH.

Il faut dire que la tendance à externaliser la restauration n’est pas l’apanage de l’administration pénitentiaire. Plusieurs établissements et administrations publics s’y sont dernièrement mis dans l’objectif de garantir le respect des normes d’hygiène et de qualité et de réaliser des économies de coûts.

Pour l’année budgétaire 2016, les crédits alloués aux prisons sont d’environ 1,5 milliard de DH, dont 900 MDH pour la masse salariale et 600 MDH pour la restauration, le matériel et les dépenses diverses. Pour rappel, le marché de la restauration collective et d’entreprises est contrôlé majoritairement par cinq opérateurs, en l’occurrence Newrest, Ansamble, Cossa Maroc, Sodexo et Proxirest.