Publication frauduleuse de photos : Antena 3 condamnée à  payer 215 000 euros à  une famille marocaine

Il s’agit d’une photo montrant les corps de membres de la famille Rachidi, tués par un déséquilibré mental à  Casablanca et que la chaîne espagnole avait présenté comme étant des victimes des événements de Gdim Yzik (Laà¢youne) en novembre 2010.

La chaîne de télévision espagnole « Antena 3 » a été condamnée par le tribunal de première instance de Bruxelles à verser 215 000 euros en réparation aux préjudices moral et matériel causés à une famille marocaine, suite à la publication frauduleuse de photos, a-t-on appris lundi de source judiciaire à Bruxelles.

Il s’agit d’une photo montrant les corps de membres de la famille Rachidi, tués par un déséquilibré mental à Casablanca et que la chaîne espagnole avait présenté comme étant des victimes des événements de Gdim Yzik (Laâyoune) en novembre 2010.

La famille marocaine avait saisi la justice belge pour « atteinte au droit à l’image et au respect de la vie privée et détournement de photos », rappelle-t-on.

Le 12 novembre 2010, « Antena 3 » avait diffusé une photo montrant les corps de quatre membres de la famille Rachidi tués en janvier 2010 à Casablanca. La photo a été présentée d’une manière malintentionnée comme étant celle d’une famille sahraouie tuée par les forces de l’ordre lors des incidents survenus le 8 novembre à Laâyoune.

La chaîne espagnole n’a pas hésité alors à recourir à l’exploitation de cette photo macabre pour induire en erreur l’opinion publique internationale.

Elle avait ainsi diffusé dans son reportage une photo provenant d’un fait divers dramatique qui s’était produit à Casablanca dix mois plus tôt, au cours duquel un homme souffrant de graves troubles mentaux a tué des membres de la famille Rachidi.

Considérablement affectés par la diffusion de ce reportage, des membres de la famille marocaine ont saisi la justice belge qui a conclu que la photo n’avait aucun rapport avec les évènements de Gdim Yzik.

Certains médias espagnols, dont Antena 3, avaient eu recours à la manipulation de faits durant la couverture des incidents de Laâyoune. Ils avaient présenté une photographie d’enfants palestiniens victimes de raids de l’armée israélienne à Gaza comme étant celles d’enfants sahraouis.