Provinces du Sud : le nouveau modèle de développement en marche

Doté d’un budget de 80 milliards de DH, ce programme de développement, lancé en 2015, est en train de transformer la physionomie des régions du Sud.

Le modèle de développement des provinces du Sud prend forme. Le ministère de l’intérieur a alloué près de 1,57 milliard de DH aux programmes de développement intégré des trois régions du sud du Royaume (2016-2021). Cette enveloppe correspond aux engagements contractuels du ministère en vertu des contrats-programmes au titre de 2019. Depuis le début de ce programme, 70 projets ont été réalisés alors que 291 autres sont en cours de mise en œuvre. Le nombre de projets en phase de lancement s’élève à 345.

Selon les experts internationaux qui ont visité la région, «le Sahara marocain connaît une dynamique de développement saisissante: infrastructures, éducation, respect des droits de l’Homme, emploi des jeunes, promotion de l’esprit d’entreprise, santé, et surtout des perspectives d’une société tournée vers l’avenir, autosuffisante et fière de répondre aux besoins de ses habitants tout en préservant les spécificités de sa population». Ils ont d’ailleurs pu témoigner de ce progrès lors de la dernière réunion de la 4e Commission de l’ONU. «Le Royaume du Maroc s’est engagé dans une politique innovante dans la région du Sahara, plaçant la population au cœur des programmes économiques et sociaux», ont-ils affirmé. Le Royaume a, en effet, beaucoup investi dans ses régions du Sahara. Cela comprend la construction de routes et de parcs de loisirs pour le public, l’accès à l’eau et à l’électricité, la construction d’écoles et d’hôpitaux. Et tout cela pour améliorer la vie sociale, économique et culturelle des habitants de ces régions. Le Maroc a, ainsi, lancé, en 2015, le nouveau modèle de développement du Sahara marocain, qui a tracé la voie d’un développement multidimensionnel, inclusif et durable de ses provinces du Sud. Ce modèle a été doté d’un budget colossal de 80 milliards de DH. Rien que le nouveau Port Atlantique de Dakhla, d’un budget de près de 960 millions de DH, générera 183000 emplois à l’horizon 2030 et constituera une plaque tournante des échanges avec l’Afrique et l’Amérique latine.