Programmes TV pendant le Ramadan – 80 plaintes déposées auprès de la HACA

Ces plaintes concernent des feuilletons, des sitcoms et des séries comiques, diffusées sur les chaînes publiques Al-Aoula et 2M TV, durant le mois de Ramadan.

La Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle a reçu entre le 03 et le 21 mai 2020, 80 plaintes émanant de citoyennes et de citoyens concernant certaines catégories de programmes en particulier des œuvres de fiction (feuilletons, sitcoms et séries comiques), diffusées sur les chaînes publiques (Al-Aoula et 2M TV) durant le mois de Ramadan dernier.

Après avoir étudié ces plaintes et à l’issue du processus de délibération et de décision, Le Conseil supérieur de la Communication audiovisuelle (CSCA) a réaffirmé que la liberté de création, notamment quand il s’agit d’œuvres de fiction, fait partie intégrante de la liberté de la communication audiovisuelle consacrée par la loi 77-03 relative à la communication audiovisuelle et la loi 11-15 portant réorganisation de la Haute Autorité.

Tous les contenus audiovisuels diffusés par les radios et télévisions, publiques et privées, restent soumis aux principes légaux au respect desquels le Conseil supérieur veille en permanence, en prenant le cas échéant, les décisions et les sanctions appropriées.

Ces principes concernent le respect de la dignité humaine, le respect de la présomption d’innocence, la non-incitation au racisme, à la haine ou à la violence, la non-discrimination à l’égard de la femme ou l’atteinte à sa dignité, la protection de l’enfant et du jeune public et sa non-exposition à des contenus comportant des risques physiques, psychologiques ou mentaux, la non-incitation à des comportements nuisibles à la santé et à la sécurité des personnes, etc.