Mort à  cause des trous de Casablanca !

Combien de trous encore faudra-t-il boucher pour éviter les catastrophes dans la ville de Casablanca ?

Combien de trous encore faudra-t-il boucher pour éviter les catastrophes dans la ville de Casablanca ? Dans notre édition du 1er juin dernier, nous avions mis l’accent sur les innombrables crevasses qui jonchent les rues et artères de la métropole et qui menacent la sécurité des citoyens parfois (lire article). Une sonnette d’alarme prémonitoire… malheureusement. Dans la nuit du 17 juin, un jeune homme de 28 ans, qui roulait à moto sur le bd Ibnou Sina (Hay Hassani), est tombé sur un de ces fameux trous pour se retrouver projeté à des dizaines de mètres. Résultat : de multiples fractures et une hémorragie abdominale qui a entraîné le décès du jeune homme, 90 minutes après l’accident. On aurait pu invoquer la cause, habituelle, concernant les accidents de motos, comme le non-port du casque. Mais pas dans ce cas-là. Le jeune homme n’était ni ivre, ni mal protégé, il a tout simplement été victime de la négligence du Conseil de la ville. Il s’appelait Mohamed Amine Mehdi.
Comble de l’ironie, le trou en question a été rempli à la hâte avec de la terre juste après l’accident, en attendant qu’il fasse de nouvelles victimes. Faut-il attendre que des citoyens meurent pour que l’on répare la voirie ? Combien de victimes comptera-t-on encore avant un sursaut salvateur ?