L’usine Renault-Nissan de Tanger a doublé sa production en 2013

L’usine Renault-Nissan de Tanger a doublé sa production en 2013 par rapport à  l’année précédente, avec plus de 100 mille véhicules produits, dont 93 mille destinés à  l’export.

Un communiqué du groupe Renault Maroc, parvenu mardi à la MAP, indique qu’en 2013, quelques 100.940 véhicules, dont 34.186 Lodgy, 56.754 Dokker et 10.000 Sandero sont sortis des chaines, ce qui a permis à l’usine d’augmenter sa production de 100 pc par rapport à l’année 2012, avec une moyenne de production de 485 véhicules/jour.

De même, l’année 2013 a été marquée par le doublement de la capacité de production grâce à la nouvelle ligne de fabrication inaugurée en octobre dernier et annoncée dès l’ouverture de l’usine, note le communiqué, précisant que cette deuxième étape marque l’entrée du modèle Sandero et l’accélération des cadences de production avec un investissement de 400 millions d’euros.

Par ailleurs, le port Tanger Med a vu transiter par ses terminaux en 2013, plus de 93.000 véhicules issus de l’usine tangéroise, ce qui représente 535 trains au départ de l’usine et 199 départs de navires vers plus de 60 pays, contre 23 en 2012, notamment vers l’Europe, l’Afrique et l’Asie.

A partir du mois d’avril prochain, le site exportera également ses voitures vers le Panama en Amérique Latine, souligne le groupe.

En tête des marchés destinataires, la France est le premier client de l’usine Renault-Nissan de Tanger avec près de 20.000 véhicules débarqués en 2013, suivie de la Turquie et de l’Allemagne.

Concernant l’export de pièces d’automobile, l’activité ILN (International Logistics Network) a eu pour premier client le Brésil avec les pièces des X52 (Logan et Sandero), affirme le communiqué, relevant qu’en 2013, les volumes exportés ont été de 2.200 m3.

Pour 2014, le Brésil sera rejoint par l’Inde qui figurera également parmi les pays clients de l’activité, annonce le groupe, rappelant que l’activité ILN, lancée à Tanger depuis avril 2013, rassemble des pièces produites par l’usine Renault-Nissan de Tanger et par des fournisseurs marocains.

Ces pièces sont groupées et chargées dans des containers en partance du port Tanger Med vers des usines du groupe.

Sur le plan des ressources humaines, des investissements importants en été déployés en matière de recrutement et de formation, indique la même source, précisant que pour répondre aux besoins de la deuxième ligne, le nombre de collaborateurs, qui est passé à près de 5.500 postes contre 4.200 en 2012, devrait atteindre 6.000 collaborateurs à terme.

De son côté, l’Institut de formation aux métiers de l’industrie automobile (IFMIA) a bouclé en 2013 sa millionième heure de formation dispensée, accompagnant ainsi le démarrage de l’usine Renault-Nissan dans le respect des jalons industriels.

Ce modèle de partenariat public-privé aura ainsi permis de former plus de 5.500 personnes depuis le début de son activité, met en exergue le communiqué.

En parallèle, l’IFMIA a formé 103 personnes de l’usine SOMACA, totalisant 6.500 heures de formation, et 98 personnes de Renault Commerce Maroc, totalisant 3.169 heures de formation.