L’Istiqlal veut « fériériser » le jour de l’An amazigh

Le jour de l’An amazigh (le 14 janvier) férié ? Ce n’est plus le mouvement amazigh qui le revendique, c’est devenu une question politique.

Le jour de l’An amazigh (le 14 janvier) férié ? Ce n’est plus le mouvement amazigh qui le revendique, c’est devenu une question politique. Et contre toute attente, c’est le Parti de l’Istiqlal qui, via une question orale adressée au chef du gouvernement le 30 décembre dernier, demande à ce que «Yennayer», célébré depuis des siècles à travers tout le pays, soit déclaré jour férié. Adil Benhamza, député porte-parole du parti et auteur de cette question écrite, estime que «la célébration de cette journée est un legs culturel et civilisationnel qu’il faut préserver. Et ce, en inscrivant ce jour dans la liste officielle des jours fériés». Le député estime ne faire que réitérer une revendication faite depuis des années par le mouvement associatif, mais dont la concrétisation est aujourd’hui imposée par la Constitution.
Par ailleurs, et en attendant la réponse à la question du député istiqlalien, la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication entame ce mercredi 8 janvier, pour la première fois, le débat d’une proposition de loi relative à la concrétisation de l’officialisation de la langue amazighe. Un autre texte déposé initialement par le RNI a été retiré à l’initiative de ce dernier depuis qu’il a intégré le gouvernement. La question, apprend-on, fait désormais partie des priorités de l’année 2014 pour l’Exécutif.