Les promoteurs plaident leur cause auprès du ministre de l’intérieur

Mohamed Hassad promet de répondre à  leurs doléances.

La Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI) a rencontré, en milieu de semaine, le ministre de l’intérieur, Mohamed Hassad. Au menu des échanges, l’application du Règlement général de construction (RGC) en matière d’autorisations urbanistiques, qui s’opère de manière laborieuse à Casablanca, selon les promoteurs. Les autorisations de construire ne sont quasiment plus délivrées depuis 2 mois, soutient Youssef Ibn Mansour (photo), président de la FNPI. Les professionnels mettent systématiquement en cause les services de la Protection civile qui se montreraient pointilleux, depuis l’adoption ces dernières semaines du RGC, sur les règles de sécurité contre les risques d’incendie. Le ministère de l’intérieur promet des actions pour lever ces blocages.

Un autre point soulevé touche le dispositif du logement subventionné pour la classe moyenne. La fédération a signé une convention avec le ministère de l’habitat pour construire 20 000 habitats de ce type à l’horizon 2016 sous réserve de bénéficier de normes urbanistiques avantageuses (verticalité et densité). Si le département de l’Habitat est d’accord sur le principe, les ministères de l’urbanisme et de l’intérieur se montrent encore réticents, selon les promoteurs. Mais cela pourrait changer sous peu étant donné que M. Hassad a promis d’engager le dialogue avec l’Urbanisme sur la question. Un dernier point soulevé concerne le prélèvement des taxes locales, notamment celle sur les terrains non bâtis (TNB). La loi relative à la fiscalité des collectivités locales prévoit en effet des cas d’exonération de ce prélèvement (zones non couvertes par un document d’urbanisme, non raccordées aux réseaux…), mais ceux-ci ne sont pas respectés par les communes, selon les professionnels. Pour y remédier, le ministre promet une éventuelle révision de la loi pour mieux préciser les cas d’exonération.