Les parlementaires veulent des vacances, maintenant !

Le vote du règlement intérieur et d’une dizaine de textes est suspendu à  la formation d’une nouvelle majorité.

La clôture de la session du printemps a été reportée sine die. Nos élus qui s’apprêtaient à prendre des vacances (bien méritées ?) dès le 2 août ont été surpris par ce report. Ils doivent encore assister à la séance des questions orales du 5 août en attendant la clôture de la session qui devrait théoriquement avoir lieu le 12 de ce mois, au terme des quatre mois réglementaires prévus par la Constitution. La cause de ce cafouillage ?

«C’est que l’on ne sait plus qui va voter avec la majorité et qui va voter avec l’opposition», commente un député.

Le vote en commission du MP et de l’Istiqlal contre une proposition d’amendement de règlement intérieur présentée par le PJD et le PPS et préalablement agréée par les deux partenaires (le MP et l’Istiqlal) a brouillé toutes les pistes. Le boycott de l’ancien allié du PJD, l’Istiqlal, et de son probable futur allié, le RNI, de la séance des questions de politique générale, lundi 29 juillet, jette de l’ombre sur le comportement à venir des groupes parlementaires de ces deux partis. Le vote du règlement, comme d’autres projets de loi en instance (une dizaine au total), qui devait intervenir mercredi 31 juillet a été, donc, reporté.

Le statut de Karim Ghellab, président de la Chambre, dont le PJD exige la démission, n’est pas pour simplifier les choses. Résultat des courses, une dizaine de textes prêts pour le vote en séance plénière attendent d’être validés, le bureau de la Chambre n’en finit pas de se réunir et les commissions poursuivent normalement leurs travaux. Les députés, eux, attendent toujours le jour de départ en vacances.