Les métiers de demain

Parmi les métiers prometteurs figurent les métiers d’ingénierie, de chefs de projets, d’analystes des données, de développeurs dont les besoins futurs sont estimés à 150 millions de praticiens à former.

C’est ce qui ressort d’une conférence organisée par la Fondation Attijariwafa bank sur les mutations du marché du travail.

Partant de là, indiquent les intervenants lors de cette conférence, il est nécessaire de créer des écosystèmes dans plusieurs pays africains qui soient axés sur la formation de ces compétences pour répondre à ces besoins massifs à l’échelle mondiale. Comme tous les autres secteurs d’activité, la Santé s’ouvre aux nouvelles technologies, mais elle devra accélérer le pas sous l’effet de la crise sanitaire. C’est ainsi que la télémédecine est en train d’avancer ses pions, même si la relation patient/médecin reste incontournable. Quant à l’infirmier de demain, il devra maîtriser les pratiques médicales avancées pour pallier l’isolement et le sous-encadrement des régions enclavées au Maroc comme dans le reste du continent.

L’entrepreneuriat est également une voie à privilégier, mais il faudra faire preuve de plus en plus de créativité, d’esprit critique et d’intelligence émotionnelle pour proposer des fonctions à forte valeur ajoutée.
L’intelligence artificielle et la robotisation continueront à gagner du terrain pour prendre en charge toutes les tâches lourdes et répétitives dans pratiquement tous les domaines.

Pour ne pas se retrouver au chômage, il faudra privilégier des formations certifiantes de courte durée mais reconnues à l’étranger, maîtriser les nouvelles technologies, et opter pour des métiers rapidement opérationnels.