Les Marocains de Bab Sebta

L’Association pour les droits de l’homme de l’Andalousie (APDHA) a rendu public récemment un rapport sur les conditions de travail des Marocains qui passent par les postes-frontières séparant le Maroc de la ville de Sebta pour y travailler.

Une situation qui touche quotidiennement une population de 25 000 personnes. L’ONG espagnole répertorie les métiers exercés par les hommes (construction et restauration) et les femmes (travaux domestiques, prostitution et port sur le dos de la marchandise). Une main-d’œuvre pas chère et sans avantages sociaux !