Le taux d’emploi en baisse continue

On n’y prête guère attention, et pourtant c’est un indicateur fort intéressant, peut-être bien davantage que celui du chômage : il s’agit du taux d’emploi. Celui-ci exprime la capacité d’une économie à absorber les ressources humaines disponibles.

Au Maroc, la tendance baissière de cet indicateur n’a jamais été démentie. Si l’on prend seulement les dix dernières années, le taux d’emploi est passé de 46% en 2007 à 42% en 2016. Cela signifie que près de 60% de la population en âge de travailler, soit près de 15 millions de personnes, sont en dehors du marché du travail. En mettant de côté les personnes retenues par les études, il reste énormément de monde qui ne participe d’aucune façon à la création de richesse. Cette faiblesse du taux d’activité, on la retrouve également dans pratiquement l’ensemble des pays de la zone MENA. Ailleurs, en Europe par exemple, le taux d’emploi oscille entre 52% en Grèce (le plus faible) et 87% en Islande (le plus élevé).