Le déficit de financement de l’économie s’allège fortement

La situation financière globale s’améliore. Avec une hausse de la consommation largement inférieure (3,2%) à celle de la croissance du PIB nominal (5,9%) et des revenus nets extérieurs, constitués essentiellement des envois des MRE, l’Epargne nationale gagne 1 point en s’établissant à 27,4% du PIB.

Et comme l’investissement brut est retombé, pour la première fois depuis très longtemps, à moins de 30% du PIB (à 29,8% exactement), le déficit de financement de l’économie s’allège de manière substantielle : 2,3% du PIB en 2015 au lieu de 5,7% en 2014.