L’ADFM mécontente !

Le projet de loi sur la lutte contre la traite des êtres humains n’est pas du goût de l’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM).

Cette ONG qui a travaillé depuis de nombreuses années dans des programmes de sensibilisation contre la traite estime dans un communiqué rendu public, mardi 5 avril, que le projet de loi «comporte plusieurs lacunes qu’il faut corriger afin de faire face à ce phénomène». Pour exemple, l’ADFM déplore que le texte ne définisse pas «le groupe criminel organisé» et «le crime transnational».