La Voie Express se désengage du transport à  cause de l’informel

Il a déjà  revendu 60% de son parc de camions.

Ce qui jusque-là était une impression est aujourd’hui confirmé : le secteur du transport routier de marchandises est en train de glisser de nouveau et dangereusement vers l’informel. C’est d’ailleurs l’une des principales causes qui poussent aujourd’hui un des majeurs du transport au Maroc, la Voie Express, à se désengager de cette activité pour se concentrer sur la logistique et la messagerie. Le patron de La Voie Express, Mohamed Talal, a confié à La Vie éco qu’il a entrepris depuis quelques mois la revente de sa flotte de camions semi-remorques. A ce jour, il affirme en avoir déjà revendu près de 60% et qu’il compte liquider la totalité du parc d’ici la fin de l’année. «Aujourd’hui, un transporteur structuré comme nous, qui respecte les normes et la loi, avec un camion qui prend 25 tonnes ne peut pas rivaliser avec les transporteurs informels qui chargent, sur le même type de camions, près de 40 tonnes», explique le patron de la société en poursuivant qu’avec la montée de l’informel et vu le niveau d’activité et des prix, «au lieu de renouveler le parc au bout de 7 ou 8 ans on est obligé de le garder 19 ans !».

Pour M. Talal, il est clair que les mauvaises pratiques ont repris de plus belle dans le secteur malgré une petite embellie durant les six mois qui avaient suivi l’entrée en vigueur du nouveau code de la route. Une embellie qui était de courte durée. «La lutte contre l’informel dans tout le secteur, conclut Mohamed Talal, doit commencer par le contrôle des surcharges sur les routes et finir dans les ruelles et artères des grandes villes où se trouvent les dépôts invisibles». A bon entendeur…