« La Vie éco », toujours champion des hebdos

La chute atteint 20% pour certaines publications.

L’OJD, organisme qui certifie la diffusion de la presse, vient de publier les chiffres de diffusion pour l’année 2013. Dans le tableau publié sur le site de l’organisme (ojd.ma), les chiffres dénotent d’une régression des ventes dans la presse écrite toutes publications confondues. On estime la chute pour certaines publications à 20% et ce n’est pas vraiment réjouissant de le savoir. Nombreux sont ceux qui imputent cet état de choses à la propagation des sites internet et des réseaux sociaux, mais c’est un argument qui ne tient pas, dans la mesure où le gros du contenu de la plupart des sites d’informations vient exclusivement de la presse écrite. Quant aux réseaux sociaux, leur contenu et les échanges qui y transitent ne peuvent en aucun cas être assimilés à des articles de presse, même s’ils émanent de journalistes. Donc le problème réside ailleurs. Visiblement, les gens n’ont plus de patience pour lire le journal après (ou avant) le petit-déjeuner. Le mode d’emploi, de nos jours, se limite à parcourir les titres et s’arrêter (souvent) sur les faits divers avec leur lot de viols, d’incestes et de meurtres ou, au mieux, suivre les feuilletons des déboires de nos politicards et leurs guéguerres quotidiennes parsemées de la pire lexicographie d’insultes et d’injures. En outre, une grande part de responsabilité incombe à nous autres journalistes. Le mot d’ordre pour que le papier figure désormais en une est…lesensationnel.
Mais revenons aux chiffres  de l’OJD qui dévoilent la réalité. Ainsi, dans la catégorie des quotidiens nationaux arabophones, la distinction va à Al Massae (81 515 exemplaires) tandis que Le Matin du Sahara et du Maghreb vient en tête des quotidiens francophones (21 543 exemplaires). Dans la catégorie des hebdomadaires, l’oscar revient à La Vie éco (14 567 exemplaires) talonné par Tel Quel (13 579 exemplaires).