La TV publique algérienne poursuivie pour piratage par Al-Jazeera Sport

Selon l’AFP, la chaîne Al-Jazeera sport a annoncé lundi qu’elle allait poursuivre en justice la télévision publique algérienne pour avoir retransmis samedi, sans son accord, le match Burkina Faso-Algérie en barrage aller des qualifications Afrique au Mondial 2014.

Al-Jazeera sport rappelle dans un communiqué publié sur son site web qu’elle détient l’exclusivité des droits de retransmission des matchs barrages pour la Coupe du Monde 2014. D’après ce même communiqué, la chaîne aurait saisi la Confédération africaine de football (CAF). Celle-ci aurait également épinglé la télévision algérienne pour piratage de ce même match et aurait prévenu les responsables  qu’elle « se réservait le droit d’engager des poursuites judiciaires pour cette retransmission illégale de la rencontre ».

 

De son côté, le directeur général de la Télévision algérienne, Tewfik Khelladi, qualifie de « légitime » la décision de diffuser samedi dernier le match Algérie-Burkina Faso sur la chaîne nationale terrestre, précisant dans une déclaration à l’APS qu’Al-Jazeera sport a « refusé de se soumettre à une obligation universelle en la matière ».

« La décision que nous avons prise est légitime. Il s’agissait pour la télévision algérienne d’offrir à ses téléspectateurs le match de leur équipe nationale. Le détenteur des droits de diffusion a refusé de se soumettre à une obligation universelle en la matière, à savoir, la cession à un prix commercialement juste des droits de diffusion terrestre », a indiqué M. Khelladi.

Soulignant que le match en barrage aller qualificatif au Mondial-2014de football, remporté par les Burkinabé par 3 à 2, était un « évènement d’importance majeure comme qualifié par les grandes organisation sportives », le DG de la Télévision algérienne a relevé qu’Al-Jazeera « était tenue commercialement et éthiquement de céder les droits de diffusion terrestre qui, faut-il le rappeler, n’ont rien à voir avec la diffusion satellitaire ».

Il a rappelé à cet égard que « les chaînes détentrices des droits de diffusion des grandes manifestations sportives ont pour obligation de soumettre à des éditeurs des services de télévision en clair une proposition commerciale pour la diffusion de ces évènements par une série de critères qui sont au nombre de quatre, lorsque deux d’entre elles sont réunies ».

D’après M. Khelladi, un événement de cette ampleur, fédérant un public et une audience beaucoup plus importantes que d’ordinaire et qui concerne directement l’identité culturelle du pays, l’équipe nationale étant directement impliquée, constituent autant de critères à la diffusion terrestre.

De ce fait, il a estimé que la situation actuelle pose un « problème majeur » qui mérite d' »entamer une réflexion sur de la défense du droit des téléspectateurs à suivre les évènements d’importance majeure ».