La résolution de l’ONU sur le Sahara, un « nouveau triomphe » pour le Maroc (El Pais)

L’adoption à  l’unanimité par les quinze membres du Conseil de sécurité de l’ONU d’une résolution prorogeant pour un an le mandat de la Minurso est un « nouveau triomphe » pour le Maroc, souligne, mercredi, le journal espagnol « El Pais ».

L’adoption mardi de la résolution 2152 est un « nouveau triomphe pour le diplomatie marocaine, le gouvernement et le Roi du Maroc », écrit le quotidien à grand tirage en Espagne sur son site Internet, soulignant qu’elle constitue en même temps une « nouvelle frustration pour le +polisario+ et le gouvernement algérien ».

Le quotidien rappelle que le Conseil de sécurité de l’ONU a salué les « efforts particuliers » et les réalisations accomplies cette année par le Maroc dans plusieurs domaines liés aux droits de l’Homme.

Le journal fait noter, à cet titre, que le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est également félicité dans son dernier rapport des « avancées » réalisées par le Royaume et reconnues par plusieurs experts en la matière.

Dans le même sens, la publication rappelle les mesures initiées par SM le Roi Mohammed VI pour la consolidation des droits l’Homme, citant notamment la création du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et la réforme de la justice militaire.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a prorogé mardi d’un an le mandat de la MINURSO, jusqu’au 30 avril 2015, et réitéré son appel à Alger pour l’enregistrement des populations dans les camps de Tindouf, dans le sud-ouest algérien.

Dans sa résolution adoptée à l’unanimité des quinze Etats membres, le Conseil de Sécurité de l’ONU « reconnaît et se félicite des récentes mesures et initiatives entreprises par le Maroc pour renforcer les commissions régionales du CNDH à Dakhla et Laâyoune.

Le conflit du Sahara dit occidental, rappelle-t-on, est un conflit imposé au Maroc par l’Algérie qui finance et qui héberge sur son territoire à Tindouf le mouvement séparatiste du polisario.

Le polisario, soutenu par le pouvoir algérien, revendique la création d’un Etat factice au Maghreb. Cette situation bloque tous les efforts de la communauté internationale pour une intégration économique et sécuritaire régionale.