La guerre des attributions ministérielles n’aura pas lieu

Le chef de l’Exécutif évite aux membres de son équipe ce qui risque d’affecter leur action.

Une série de décrets signés par le chef du gouvernement vient de clarifier les attributions de chaque ministre. En agissant aussi rapidement, le chef de l’Exécutif évite aux membres de son équipe une guerre des compétences qui affecte généralement leur action. Ainsi, non seulement il a réglé la question de tutelle de la Direction de l’aviation civile et de l’ONDA, mais il a également mis fin aux rumeurs sur le devenir du Haut commissariat aux eaux et forêts. Le chef du gouvernement a également défini les nouvelles fonctions du ministre d’Etat chargé des droits de l’Homme, mais ce décret n’a pas encore été publié à l’heure où nous mettions sous presse.

Concrètement, il est clairement spécifié que le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts exerce pleinement son autorité sur les services centraux et déconcentrés du ministère et sa tutelle sur les établissements publics qui relèvent de lui, dont notamment le Haut commissariat aux eaux et forêts. Le ministre du tourisme, en plus de la Direction de l’aviation civile et l’ONDA, exerce également sa tutelle sur l’Office de développement de la coopération et coordonne toutes les politiques publiques et les stratégies nationales liées au développement de l’économie sociale. Pour l’heure, on connaît exactement les attribution d’au moins 20 ministres et ministres délégués. Les décrets portant leurs attributions, signés par le chef du gouvernement, ont été publiés, depuis le 20 avril, au Bulletin officiel. Pour les secrétaires généraux, ce sont leurs ministres de tutelle qui se chargeront de fixer les missions à leur confier.