La CGEM accepte l’invitation de Recep Tayyep Erdogan

Le Conseil d’affaires maroco-turc de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a annoncé, ce jeudi, l’organisation prochaine d’une rencontre économique en Turquie.

Le Conseil d’affaires maroco-turc de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a annoncé, ce jeudi, l’organisation prochaine d’une rencontre économique en Turquie, suite à l’invitation adressée par le Premier Ministre turc Recep Tayyep Erdogan à l’attention de la CGEM, lors de sa récente visite au Maroc.

Cette rencontre vise à repositionner les relations entre opérateurs économiques turcs et marocains à la fois dans le sens d’échanges commerciaux plus équilibrés, mais aussi d’un partenariat économique davantage porteur d’investissements et d’emplois mutuellement profitables, explique la CGEM dans un communiqué.

Ainsi, cette rencontre devra permettre d’intégrer au sein du Conseil d’affaires maroco-turc de nouveaux membres pleinement représentatifs des différentes sensibilités au sein des patronats turcs, de confirmer auprès des interlocuteurs turcs une démarche de travail permettant de constituer des commissions sectorielles bilatérales au sein du Conseil d’affaires, chargées d’établir et de suivre la concrétisation de feuilles de route à établir en commun, souligne le communiqué.

Elle permettra également d’ouvrir des discussions permettant d’explorer les leviers pour un meilleur équilibre des échanges extérieurs maroco-turcs et d’identifier des projets d’investissement entre les deux pays aussi bien tournés vers la satisfaction du marché intérieur que des marchés extérieurs du Maroc, ajoute la même source.

A cet égard, les visions sectorielles développées avec succès par le Maroc depuis le début de la décennie 2000 et réaffirmées à l’horizon 2020, notamment dans les domaines industriel, touristique, ou encore énergétique, offrent de larges opportunités d’investissement et d’intégration à valeur ajoutée.

Plusieurs filières pourraient ainsi faire l’objet de co-investissements pertinents dans le secteur automobile ou encore, dans l’accompagnement des programmes éoliens et solaires, estime la même source.

Ces projets d’investissement communs pourront capitaliser sur le positionnement du Maroc en tant que hub en direction des marchés subsahariens, mais aussi, en tant que plate-forme exportatrice en direction des pays signataires d’accords de libre-échange.

Le Conseil d’affaires maroco-turc entend ainsi jouer son rôle en tant que levier pour contribuer à bâtir un partenariat économique mutuellement profitable pour les opérateurs turcs et marocains et leurs économies respectives.