Gaza : Ban Ki-moon se félicite du cessez-le feu

Entré en vigueur mardi à  16h00 GMT, le cessez-le-feu, prévoit notamment l’ouverture immédiate des points de passage entre Gaza, Israël et l’Egypte, et un élargissement de la zone de pêche palestinienne en Méditerranée.

«Un avenir meilleur pour Gaza et Israël dépend d’un cessez-le feu durable». C’est en ces termes que le Secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon s’est félicité, mardi 26 août 2014, de l’annonce d’un cessez-le-feu ouvert à Gaza, conclu entre Palestiniens et Israéliens sous l’égide de l’Egypte, appelant les parties à «être à la hauteur de cette responsabilité».

Entré en vigueur mardi à 16h00 GMT, le cessez-le-feu, prévoit notamment l’ouverture immédiate des points de passage entre Gaza, Israël et l’Egypte, et un élargissement de la zone de pêche palestinienne en Méditerranée, deux des principales exigences des Palestiniens, ont annoncé des sources concordantes.

Après la dernière vague meurtrière et les nouvelles destructions de maisons palestiniennes, «les civils des deux côtés ont besoin d’un répit pour reprendre leur vie quotidienne, et pour permettre aux efforts humanitaires et de reconstruction de répondre aux besoins criants de la population de Gaza», a déclaré le responsable onusien.

M. Ban a averti qu’après 50 jours de profonde souffrance humaine et de destructions dévastatrices, «toute violation du cessez-le-feu serait tout à fait irresponsable».
M. Ban a, en outre, lancé un appel urgent aux deux parties pour revenir à de véritables négociations en vue d’un accord sur le statut final qui aborde toutes les questions fondamentales et mette fin à l’occupation de 47 ans.
Selon l’ONU, la guerre contre Gaza a fait près de 2.000 victimes, dont 469 enfants et 239 femmes, et 10.000 blessés, dont un tiers sont des enfants.

D’après la même source, l’offensive israélienne a causé la destruction de 17.000 habitations palestiniennes, dont la reconstruction «pourrait nécessiter jusqu’à 18 ans». A cela s’ajoute le bombardement de 219 écoles, dont 22 ont été complètement détruites.

L’offensive a également fait 280.000 déplacés internes, qui se sont réfugiés dans 83 écoles relevant de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA).