Environnement :  une convention entre le département de tutelle et le CNESTEN

Cette coopération permettra de mettre à profit les sciences et des technologies nucléaires pour promouvoir les programmes nationaux relatifs à la gestion et la protection de l’environnement. Le Centre National de l’Energie, des Sciences et des Techniques Nucléaires a d’ailleurs développé une expérience « riche » en la matière et une infrastructure technologique de pointe.

Une convention de partenariat portant sur la protection de l’environnement a été signée, lundi à Rabat, entre le département de l’Environnement et le Centre National de l’Energie, des Sciences et des Techniques Nucléaires (CNESTEN). S’inscrivant dans le cadre de la promotion des échanges scientifiques et techniques dans le domaine de l’environnement et du développement durable, cette convention est en droite ligne avec l’accompagnement de la mise en œuvre de la Stratégie nationale du développement durable, et la mutualisation des moyens techniques et scientifiques des deux institutions pour renforcer les dispositifs de surveillance et de contrôle de l’état de l’environnement, ainsi que les systèmes d’informations environnementales.
« Elle concerne l’échange des expertises et des bonnes pratiques dans le domaine des recherches en laboratoires et la surveillance de l’état de l’environnement, en plus de la coordination sur la présence dans les colloques internationaux relatifs à ces domaines », a indiqué, dans une déclaration à la presse, le secrétaire général du département de l’Environnement, Mohamed Benyahia, ajoutant que ce texte renforcera les moyens de surveillance de l’état de l’environnement au Maroc.
De son côté, le directeur général du CNESTEN, Khalid Mediouri a souligné que le Centre aspire, à travers cette convention, à développer davantage la coopération dans cet « important » domaine.
Cette coopération permettra, a-t-il poursuivi, de bénéficier des sciences et des technologies nucléaires et promouvoir les programmes nationaux relatifs à la gestion et la protection de l’environnement, notant que le CNESTEN a développé une expérience « riche » en la matière et une infrastructure technologique de pointe.
Ladite convention vise également à renforcer la collaboration entre le Laboratoire National des Etudes et de Surveillance de la Pollution (LNESP) relevant du Département de l’Environnement et le CNESTEN dans le domaine de la surveillance et de l’évaluation environnementales, qui revêtent une grande importance dans le processus décisionnel lié à la planification et à l’évaluation des politiques environnementales.
Elle s’articule autour de la surveillance de la pollution dans les différents milieux environnementaux, de l’échange de données et de pratiques analytiques de laboratoire, du renforcement des capacités de surveillance et d’analyse ainsi que la promotion de la recherche scientifique appliquée.
Un comité de Suivi sera mis en place et établira un plan d’action annuel définissant les actions prioritaires ainsi que les projets conjoints prévus pour le renforcement des compétences techniques des deux institutions et la promotion de la recherche appliquée relative à des problématiques environnementales prioritaires. Le LNESP est un instrument technique de contrôle et de surveillance, qui intervient dans les opérations de contrôle et d’inspection des établissements et de leur conformité avec les normes environnementales en vigueur, ainsi que le respect du cahier de charge environnemental des projets ayant reçu une acceptabilité environnementale. Il a été accrédité récemment par l’organisme marocain d’accréditation SEMAC. Grâce à ses programmes, le LNESP contribue à la mise en application des lois et règlements en vigueur, au développement des normes de rejets ainsi qu’à la coordination du réseau des laboratoires opérants dans le domaine environnemental.
Pour sa part, le CNESTEN, dans le cadre de son appui aux stratégies sectorielles, s’est doté d’une plateforme scientifique et technique de pointe au niveau du Centre d’études nucléaires de la Maâmora. Cette plateforme comporte plusieurs laboratoires et installations spécialisés dans les différentes applications des sciences et technologies nucléaires dans différents secteurs socio-économiques. Concernant le domaine de l’environnement, le CNESTEN développe la recherche scientifique et l’innovation, en déployant les techniques nucléaires et isotopiques, afin de mettre à la disposition des pouvoirs publics des informations scientifiques pour contribuer à résoudre les problèmes liés à la durabilité des ressources naturelles, la protection de l’environnement et l’adaptation aux scénarios futurs.
Au niveau africain, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique a désigné le CNESTEN en tant que Centre d’excellence dans l’utilisation des techniques nucléaires et isotopiques dans le domaine de la protection de l’environnement de la gestion des ressources en eau. D’autre part, le CNESTEN est chargé d’assurer la collecte et le conditionnement des déchets radioactifs afin de protéger la population, les travailleurs et l’environnement.