En 2030, 50% des Africains vivront en milieu urbain

L’Afrique connaît une mutation urbaine accélérée, avec 400 millions d’habitants dans les villes, en 2009. Au Maroc, le taux d’urbanisation devrait atteindre les 64 %, à l’horizon 2030

Le ministre de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Nabil Benabdallah, a organisé une Conférence de presse relative à la tenue, les 11 et le 12 mai à Rabat, du Premier Forum Ministériel Africain sur l’Habitat et le Développement Urbain (FOHAMDU). Organisé par le ministère de l’Habitat et de la Politique de la Ville, conjointement avec ONU-Habitat, ce Forum aura pour thème « Politiques urbaines et développement durable ». Il se veut une contribution au processus préparatoire de la troisième Conférence des Nations Unies sur le Logement et le Développement Urbain Durable – Habitat III, qui aura lieu du 17 au 21 octobre à Quito, en Equateur. Les travaux du Forum seront également une étape préliminaire pour la COP 22, qui se tiendra au mois de novembre à Marrakech.

Selon le ministre de l’Habitat, « il est d’ores et déjà prévu que le Forum connaisse un succès important, du fait de la participation annoncée de la quasi-totalité des pays africains ». Et de préciser que « le Maroc va s’efforcer, lors de cet évènement, de porter haut les ambitions africaines ». Près de 300 de participants internationaux sont attendus au Forum, parmi lesquels 25 ministres africains.

Un nouvel Agenda urbain est en cours d’élaboration

L’Afrique connaît aujourd’hui une mutation urbaine accélérée, avec plus d’un milliard d’habitants en 2009, dont 400 millions dans les villes. De même qu’il est prévu qu’en 2030, 50% des Africains vivront en milieu urbain. Avec 12 villes de plus de 3 millions d’habitants et 2 villes de plus de 10 millions, le phénomène de l’habitat informel, en Afrique, engendre plusieurs problématiques d’ordre humain, environnemental et juridique.  Au Maroc, l’urbanisation massive est également l’un des enjeux de développement majeurs du XXIe siècle. C’est ainsi qu’entre 1960 et 2014, l’effectif de la population urbaine a été multiplié par cinq. En outre, le taux d’urbanisation, qui avoisinait 29 % en 1960, a augmenté sous l’effet de l’accroissement naturel de la population urbaine, de l’exode rural et de l’extension du périmètre urbain. Ce taux a ainsi évolué de 35% à 60 %, entre 1971et 2014, et il est attendu qu’il augmente encore davantage pour atteindre 64 %, à l’horizon 2030. À cette date, l’effectif de la population urbaine avoisinera les 24,4 millions d’habitants.

A l’heure actuelle, un nouvel Agenda urbain est en cours d’élaboration, à l’échelle internationale, et le Forum de Rabat pourrait constituer une étape dans son aboutissement.