Emprunt international : oui, mais quand ?

Depuis quelques mois, les indicateurs du Maroc se dégradent à  toute vitesse : lourd déficit, charges de compensation énormes, difficulté à  maîtriser les dépenses, masse salariale de l’Etat en hausse…

C’est un véritable casse-tête auquel doit faire face le ministre des finances Nizar Baraka. Alors que le Budget de l’Etat va mal et que les réserves en devises fondent, le moment est mal choisi pour aller emprunter à l’international. Depuis quelques mois, en effet, les indicateurs du Maroc se dégradent à toute vitesse : lourd déficit, charges de compensation énormes, difficulté à maîtriser les dépenses, masse salariale de l’Etat en hausse… Dans ces conditions les 20 milliards de DH prévus en emprunt à l’international par le projet de Loi de finances 2012 coûteront trop cher en intérêts. Pour avoir un dossier plus « sexy », il faudrait présenter un plan de réformes sérieux… Mais qui s’en chargera et quand ?