Elections : les femmes veulent plus de sièges

• Plusieurs sujets divisent encore les partis.

Reçues mardi dernier par le ministre de l’intérieur, les responsables des organisations féminines des partis politiques ont mis en avant «la nécessité de renforcer la représentativité politique de la femme pour atteindre la parité». Elles ont ainsi jugé nécessaire de «réviser certaines lois organiques relatives aux élections, au niveau des conseils communaux locaux et régionaux du Parlement». Depuis 2011, les femmes bonifient d’un quota exclusif de 60 sièges à la 1ère Chambre. Elles peuvent partager également les 30 sièges réservés aux jeunes. Le ministère de l’intérieur a également mis au point des mécanismes, d’ordre financier, d’incitation aux partis pour qu’ils présentent plus de femmes candidates sur les listes nationales et les élections locales et régionales. Cela dit, la «liste nationale» reste l’un des points d’achoppement des négociations actuelles entre les partis et le ministère de l’intérieur. Certaines voix appellent à la suppression pure et simple de la liste des jeunes, parce que, constitutionnellement, c’est un mécanisme provisoire et, ce qui plus est, n’a pas joué pleinement son rôle d’intégration des jeunes à la politique. D’autres formations, notamment de la majorité, souhaitent l’extension de ce quota de 90 sièges à 120 en y incorporant 30 nouveaux sièges réservés aux «compétences». Outre ce point sur lequel les partis ne sont pas d’accord, la question du mode de scrutin les divise également. A ce jour, seul le PJD plaide encore franchement pour le maintien, et même l’extension, du scrutin de liste. Les autres formations sont plutôt favorables au retour à l’uninominal pour la majorité et à un régime hybride pour certaines formations. Dans ce dernier cas, le scrutin de liste devrait être gardé seulement pour les circonscriptions de plus de 70000 habitants. Le vote des MRE fait également débat. En principe, tous les partis sont pour. Mais, certains estiment que, vu la situation actuelle, il serait préférable d’opter pour le vote à distance d’autres insistent pour la création de circonscriptions à l’étranger.