Élections 2021: l’USFP pour le développement de l’investissement national

L’Union Socialiste des Forces Populaires  s’engage, dans son programme pour les élections du 8 septembre, à renforcer la classe moyenne et à développer et promouvoir l’investissement national, à même de permettre un accroissement régulier et productif des taux de croissance et d’emploi.

Dans son programme portant le slogan « Le Maroc d’abord, une nouvelle alternance à vocation sociale-démocrate », l’USFP a mis l’accent sur le renforcement de la classe moyenne et la lutte contre la précarité afin de soutenir le développement économique et promouvoir la paix sociale.

Il s’agit du relever la tranche de revenus exonérés d’impôt de 30.000 à 50.000 dirhams, de revoir la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) afin d’augmenter le pouvoir d’achat, de créer une classe moyenne dans le monde rural, de proposer une offre de logement adaptée aux personnes à revenu moyen, ainsi que d’améliorer les services publics tels que l’éducation, la culture et le divertissement, outre l’accès aux services de santé.

Au volet du développement de l’investissement national, le parti de la Rose ambitionne à mettre en place un plan d’investissement public afin de renforcer les infrastructures sociales de base et avancées (100-120 milliards de dirhams), à orienter le capital national vers les secteurs innovants et générateurs d’emplois et à consolider la dette publique intérieure en mobilisant une partie de l’épargne nationale et en créant un grand emprunt national.

Sur le plan fiscal, l’USFP vise à adopter un système fiscal juste et équitable pour favoriser le développement économique. Dans ce cadre, le parti suggère l’introduction de nouvelles tranches d’imposition pour les revenus les plus élevés, l’élargissement de l’assiette fiscale pour réduire la pression fiscale, la criminalisation de l’évasion fiscale, le développement des ressources des collectivités territoriales, outre l’encadrement du pouvoir discrétionnaire de l’administration fiscale et la neutralité totale de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

De plus, le parti ambitionne de créer une transformation structurelle du tissu productif pour répondre à la demande intérieure et accroître sa compétitivité sur les marchés mondiaux. Il préconise ainsi la création d’une autorité indépendante sous la tutelle du Chef du gouvernement pour assurer le suivi de la convergence et la cohérence des politiques sectorielles ainsi que la généralisation des mesures d’accompagnement destinées aux métiers mondiaux du Maroc à l’ensemble des activités industrielles.

Il est également question de la création d’une « Loi Startup et Innovation » pour promouvoir l’économie numérique, ainsi que le renforcement de la préférence nationale et de la consommation du produit marocain.

Par ailleurs, l’USFP vise à s’orienter vers une économie verte et à consolider un développement spatial, durable et responsable à travers une planification territoriale, au niveau des régions, au service du développement durable et la mise en place d’une politique nationale d’incitation à l’utilisation des énergies renouvelables.

De même, le Parti recommande d’encourager la concurrence sur le marché des produits pétroliers, tout en assurant une réglementation efficace de ce marché et en garantissant des prix équitables pour le consommateur.

Dans le registre de la recherche scientifique, l’USFP propose d’augmenter les dépenses publiques relatives à la recherche scientifique en tant que facteur essentiel permettant la transition vers les modèles économiques émergents et l’innovation.

Il recommande, dans ce cadre, l’accélération de la mise en place du Conseil national de la recherche scientifique, l’activation du Fonds national du financement de la recherche scientifique, la création d’un statut juridique du « Chercheur » pour encourager les initiatives scientifiques et l’innovation, outre l’augmentation des dépenses de recherche et développement de 0,7% du produit intérieur brut (PIB) à 2,5% à horizon 2030.