E-Commerce au Maroc : un cadre juridique s’impose pour protéger le consommateur.

Le E-commerce doit être soumis à  des conditions de transparence pour protéger le consommateur, ont souligné, jeudi à  Casablanca, des participants à  la journée régionale du consommateur.

Les transactions commerciales électroniques doivent respecter le dispositif juridique destiné à protéger le consommateur, ont affirmé les intervenants à cette manifestation organisée sous le thème « L’information, l’orientation et l’éducation pour un consommateur actif ».

Ils ont, par la suite, discuté de la collaboration de la Fédération nationale du E-commerce au Maroc avec les associations des consommateurs afin d’élaborer des règles pour la gestion des conflits d’urgence dans le domaine du commerce à distance.

De son côté, le président de la Fédération nationale des associations de consommateurs au Maroc (FNAC), Mohammed Benkaddour, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que cette journée est une occasion pour le lancement d’une plateforme dédiée aux e-consommateurs au Maroc et la présentation des axes de la stratégie nationale de la protection du consommateur, qui s’articule autour du renforcement du cadre juridique par l’élaboration et l’adoption des textes d’application de la loi 31.08 sur la protection du consommateur.

Ce domaine connaît des irrégularités et des violations, a-t-il regretté, relevant que le consommateur doit jouir des droits garantis par la loi, comme le droit de choisir, de prendre du recul et de respecter la date et la durée de la livraison du produit ou du service.

Organisée sous l’égide du ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, cette journée a été initiée par la Fédération nationale du E-commerce au Maroc et la FNAC, en commémoration de la journée mondiale des droits des consommateurs célébrée le 15 mars de chaque année.