Driss Lachgar veut porter l’USFP à  son niveau de… 2008

Il veut ouvrir une antenne dans la moitié des communes.

50 000 encartés d’ici 4 ans. C’est l’objectif de l’un des candidats, Driss Lachgar en l’occurrence, à la tête du plus grand parti de la gauche du pays. Le parti qui comptait déjà 50 000 adhérents à la veille du VIIIe congrès, en 2008, a depuis vu ses bases largement érodées, à l’image de son électorat.

Le candidat Driss Lachgar promet également d’ouvrir une antenne de l’USFP dans la moitié des communes d’ici fin 2016. Dans l’immédiat, le candidat au poste de Premier secrétaire s’engage à couvrir 70% des circonscriptions électorales pour les élections communales qui vont se tenir en 2013. Pourra-t-il pour autant faire mieux qu’en 2009 ? Lors des dernières élections communales de juin 2009, le parti n’a pas pu s’imposer alors qu’il était aux affaires.

Ce qui n’est pas normal pour un parti au gouvernement. Il s’est classé 4e en nombre de sièges remportés dans les différentes communes, 3 231 sièges plus exactement, soit 11,64% du total. Fait nouveau, la majorité de ses sièges a été remportée dans le monde rural.

Dans les grandes villes, il est en régression continue. À Tanger, par exemple, dont il présidait le conseil de la ville avant les élections, le parti n’a pas réussi à atteindre le seuil des 6% nécessaire pour prétendre à un siège. À Casablanca, il n’a remporté que deux sièges au conseil de la ville. À Rabat, seuls six élus représentent le parti au conseil qu’il préside d’ailleurs.

Au-delà des chiffres, le candidat promet bien d’autres exploits au fil des 20 pages que compte son programme électoral. A commencer par rassembler la famille socialiste et faire en sorte que le parti reprenne son leadership sur la scène politique.