Dépôts bancaires : la BCP rafle la mise

Elle a augmenté ses ressources de 10% contre 4% pour le secteur.

Le groupe BCP ne cesse de confirmer la pertinence de son modèle économique en matière de mobilisation de l’épargne. Fort de ses 1 145 agences (+100 en un an), il est parvenu à collecter 18 milliards de DH de dépôts en 2012 pour atteindre un encours de 202 milliards. Il réalise ainsi une performance de 10% par rapport à 2011 alors que le secteur bancaire n’a amélioré ses ressources de la clientèle que de 4%. La banque a donc grignoté des parts de marché à ses concurrentes dans un contexte de tension sur les liquidités. Sa part s’élève désormais à 27,9% (+1 point en trois ans), ce qui la place en tant que premier collecteur de l’épargne au Maroc.

Même au niveau de la distribution de crédits, la BCP surperforme le marché. Son encours de créances sur la clientèle a augmenté de 8% en 2012, à 184 milliards de DH, contre une croissance d’à peine 4,6% pour le secteur. Et avec tout cela, la banque continue d’afficher un coefficient d’emploi (crédits sur dépôts) confortable à 94%, alors que la majorité des établissements de la place dépasse les 100%.

En termes de rentabilité, le groupe s’en sort également haut la main. Son produit net bancaire a progressé de 13,3%, à 11,5 milliards de DH grâce au bon comportement de tous les types de revenus (intérêts, commissions et résultat des placements). Cela dit, il n’a pas échappé à la montée des risques d’impayés qui frappe tout le secteur. L’importance des provisions pour créances en souffrance (1,2 milliard de DH) a limité la croissance bénéficiaire du groupe, qui ressort tout de même à un niveau appréciable de 5,6% pour un résultat consolidé de 3,2 milliards de DH.

Avec ces performances et des fonds propres solides, il était évident que l’agence de notation Standard & Poor’s renouvelle l’Investment grade de la BCP.